Paulette Ayo Mba Akolly, que le ministère de la Justice a suspendue, le 19 août, de ses fonctions de présidente de la cour d’appel de Libreville pour « manquement aux convenances » dans l’affaire de l’examen médical d’Ali Bongo Ondimba (ABO), est un pur produit du sérail gabonais, écrit Jeune Afrique dans sa parution du jour.

Lire aussi : Togo-Concours de recrutement à l’OTR : Voici les candidats présélectionnés (liste)

Fille de l’ancien président Léon Mba, elle connaît l’actuel chef de l’État depuis l’enfance et a fait ses études de droit à l’université de Libreville au milieu des années 1980, y côtoyant Julien Nkoghe Bekale, aujourd’hui Premier ministre, ainsi que Guy Rossatanga Rignault, l’ex-secrétaire général de la présidence.

IFT

Lire aussi : [Photos] Sidiki Diabaté offre un Disque de Platine à Dj Arafat au stade Houphouët-Boigny

Devenue magistrate, elle s’est fait remarquer lors de l’affaire de l’acte de naissance d’ABO, qu’elle avait jugé authentique, permettant à l’intéressé de briguer un second mandat en 2016.

Lire aussi : Obsèques de Dj Arafat : affrontement autour du cimetière ; acte de vandalisme à Abidjan ; des blessés graves

Paulette Ayo Mba Akolly a ensuite été pressentie pour assurer la présidence de la Cour de cassation.

Lire aussi : Veillée artistique de Dj Arafat : Carmen Sama garde la tête haute

Mais, selon le magazine, qui cite des sources, si ABO l’a un temps envisagé, il s’est ravisé après que plusieurs conseillers l’ont mis en garde contre le caractère « autoritaire » de la juge.