Game of Thrones : Voici comment Hitler a inspiré Emilia Clarke dans son rôle

C’est l’une des scènes qui marquera le plus le dernier épisode de Game of Thrones : le discours terrifiant de Daenerys à ses troupes, alignées en ordre impeccable devant les ruines encore fumantes de Port-Real, qu’elle a littéralement anéantie.

Un passage-clé, qui montre comment l’ivresse du pouvoir a transformé le caractère de la reine des dragons, grisée par l’hubris, l’arrogance des puissants, prête à soumettre tous les royaumes qui s’opposeraient à sa volonté… Le tout sous les yeux navrés de ses alliés, qui comprennent qu’un nouveau danger, le plus terrible d’entre tous, est en train de naître sous leurs yeux.

Lire aussi : Togo : l’Université de Lomé rend hommage au défunt Prof Koffi Ayéchoro Akibode

L’ambiance est crépusculaire, la mort rôde, les cendres étouffent toute lumière, Daenerys avance seule sur un promontoire face à son armée, on croirait revivre une scène du IIIe Reich…

À juste titre puisque l’actrice Emilia Clarke a reconnu dans une interview accordée à Variety qu’elle s’était imprégnée des discours de dictateurs, dont ceux d’Adolf Hitler, pour mieux entrer dans son personnage. La performance était d’autant plus compliquée qu’elle prononce sa harangue en dothraki, langue fictive, et qu’il fallait donc jouer sur l’intention et les intonations.

Lire aussi : Média : la radio Africa N°1 change d’identité

« En prononçant tous ces discours dans des langues imaginaires, j’ai regardé beaucoup de vidéos de dictateurs et de leaders parlant dans une autre langue, pour voir si je pouvais comprendre ce qu’ils disaient sans connaître les mots. Et je le pouvais  ! On peut totalement appréhender ce qu’Hitler dit dans ses discours (…) Du coup, je me suis dit : si je peux croire en chaque mot que je prononce, les spectateurs n’auront pas besoin de trop regarder les sous-titres. »

Pression pendant deux mois

Pendant des semaines, l’actrice a donc consciencieusement répété son texte, en marge des tournages en Irlande, près de Belfast.

Lire aussi : Togo : l’ONU rend hommage à 2 casques bleus togolais tués sur le champ de bataille

« Je ne me suis jamais autant mis la pression que pour celui-là, explique Emilia Clarke à Variety. Normalement, je m’en occupe assez vite, mais ce discours comptait tellement pour moi. Je craignais de le rater. Je suis restée éveillée tellement tard presque tous les soirs pendant deux mois. Je l’ai récité à mon cuiseur, à mon frigo. Je l’ai même récité à tout Belfast de ma fenêtre. Enfin, elle était fermée parce que je ne voulais pas que les gens pensent que j’étais complètement folle… »

Vient enfin le jour du tournage, qu’elle aborde après une nuit blanche, tant elle redoutait cette scène. « Je savais que c’était l’un des moments les plus puissants de Daenerys en tant que personnage. Je devais donner ce discours sur un fond vert. Il n’y avait personne, juste une caméra dans une salle vide (…) Et là, je suis arrivée sur le plateau, sans répéter, et je l’ai fait parfaitement du premier coup. Le reste de la journée, c’est comme si Daenerys était avec moi… »

Réponse aux critiques

Quant aux polémiques suscitées par la dernière saison – une pétition réclamant une nouvelle version a déjà recueilli 1,5 million de signatures – Emilia Clarke estime que l’épisode ne trahit en rien l’esprit général de la série : « Je pense que cette dernière saison correspond à ce que Thrones a toujours été, c’est-à-dire un débat sur le pouvoir et ce qu’il provoque sur un être humain, un groupe d’êtres humains, et les personnes qu’ils sont censés servir », conclut-elle de façon très posée.

Ses partenaires ont parfois été moins tendres avec la critique, à l’image de Sophie Turner, l’interprète de Sansa Stark, qui estime que l’on se moque ainsi du travail accompli.

Plus d'articles
Omar Sy accusé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura