in

Ghana / Affaire Togoland : 14 indépendantistes arrêtés ce week-end

Des indépendantistes du Togoland arrêtés à Ho

La police divisionnaire de Kpando au Ghana et des agents du service de renseignements (BNI) ont arrêté 14 personnes soupçonnées d’être des membres du groupe indépendantiste, Homeland Study Group Foundation (HSGF), qui milite pour l’indépendance du Togo occidental (Togoland) vis-à-vis du Ghana.

Ghana : Togoland, le leader indépendantiste dément sa fuite et lance un appel à Accra

Les arrestations ont lieu dans la matinée du samedi dernier à Sovie, une banlieue de la municipalité Kpando dans la région de la Volta. Les 14 personnes arrêtées, dont 11 hommes et trois femmes, sont en garde à vue. Ils ont été transférés au siège de la police régionale à Ho pour des enquêtes en attendant la procédure judiciaire. Elles auraient été surprises sur renseignement lors d’une réunion portant sur les activités du HSGF.

Une déclaration rendue publiques par la police régionale de la Volta révèle que les suspects « ont été arrêtés alors qu’ils discutaient des mesures à prendre pour faire sécession de la région de la Volta du Ghana au Togo occidental et questions connexes ».

Le groupe indépendantiste dirigé par Charles Kwame Kudzordi a récemment hissé un drapeau du Togoland dans la cour du Conseil régional de coordination de la Volta à la veille de la célébration de la fête de l’indépendance du Ghana.

Togo / Covid-19 : la solution du gouvernement pour le transport des marchandises vers l’intérieur du pays

Après des déconvenues judiciaires l’année dernière, des informations avaient laissé croire que le vieux leader indépendantiste a fui le pays mais il a démenti sans révéler sa position en disant être dans le pays et que si le gouvernement ghanéen veut l’écouter, qu’il fasse preuve de maturité en l’invitant légalement par l’intermédiaire de ses avocats.

Avec Koaci



France : ivre, il pénètre chez une trentenaire et se dénude devant elle

Mort de George Floyd : l’Iran appelle les États-Unis à «arrêter les violences» contre leur peuple