Ghana : le président Nana Akufo-Addo a (encore) 1 an pour convaincre

Malgré un bilan d’étape mitigé, Nana Akufo-Addo briguera, fin 2020, un second mandat. D’ici là, l’opposition peut-elle gagner du terrain ? Minée par les divisions, elle peine encore à se montrer combative, écrit jeuneafrique.com

Il y a des scènes et des mots que le Ghana croyait enfouis dans les tréfonds de son histoire. En annonçant, le 23 septembre, l’arrestation de trois personnes suspectées d’avoir élaboré « un complot visant la présidence », le ministre ghanéen de l’Information a réveillé quelques mauvais souvenirs.

Ceux d’une période allant du milieu des années 1960 au début des années 1980, quand les armes crépitaient dans les casernes et que le Ghana était plus connu pour ses coups d’État à répétition que pour la bonne santé de sa démocratie, poursuit le site d’informations.

Lire aussi : Gambie: la société civile demande les résultats d’une enquête sur l’ère Jammeh

Acte isolé

L’opération des services de sécurité a plongé plus d’un analyste dans la perplexité. Au total, neuf personnes ont été arrêtées – parmi lesquelles plusieurs militaires, dont un haut gradé. Suivis depuis plus d’un an, ils sont accusés d’avoir pris part aux activités d’un ­groupuscule appelé « Take Action Ghana », dont l’objectif était d’organiser une série de manifestations.

Prenant ses fonctions le 7 janvier 2017, le président Akufo-Addo a mis l’accent sur l’économie en promettant la stabilisation du taux de change du cédi et la réduction du niveau de chômage.

jeuneafrique.com

Plus d'articles
Avec un arc et des flèches, un étudiant tue deux femmes de sa famille