Gims : voici les raisons de sa conversion à l’islam

Il arrive un moment de notre vie où on se sent perdu et ressent le besoin d’appartenir à une communauté. Et sur le moment la décision prise peu nous impacter positivement ou négativement toute notre vie. À un stade de sa vie, Gims a un temps rejoint une secte islamiste qui s’est développée en France dans les années 1980, à la recherche d’une nouvelle personnalité. 

« Je me suis toujours posé énormément de questions sur la création de Dieu, sur la souffrance des gens », a-t-il confié dans le nouveau numéro de Paris Match avant d’expliquer les raisons de sa conversion à l’Islam en 2004.

« Je pense que je vais trouver ces réponses grâce à l’Islam. Je me suis renseigné sur les textes et j’ai discuté avec beaucoup de monde ». 

Mais l’interprète de Bella est malheureusement tombé dans les filets d’une secte peu après ses premiers pas en tant que musulman : le mouvement des frères Tabligh, qui propose une vision ultra-rigoriste et littérale de l’islam.

 « Je ne sais pas qui sont ces gens, mais j’ai discuté avec eux. Les convertis ont les yeux pleins d’étoiles et c’est à ce moment-là que des personnes mal intentionnées se rapprochent de vous. Je suis tombé sur des égarés et surtout des égareurs », a confié le chanteur de 34 ans.

Gims garde un très mauvais souvenir des Frères du Tabligh. « Le fait d’être parmi eux prend du temps, tu es dans une culpabilité qui te dépasse un peu. Je me sentais à l’étroit, je n’avais plus envie de musique, d’autant que ça ne marchait pas vraiment », a-t-il expliqué. 

C’est grâce à ses amis du groupe Sexion d’Assaut que l’auteur-compositeur-interprète originaire de Kinshasa a réussi à s’éloigner du mouvement qui possède 50 lieux de cultes en France.

En septembre 2020, Netflix a mis en ligne Gims, un documentaire qui retrace le parcours de l’artiste congolais. Ce dernier y assure qu’il a échappé au pire. « Il y avait des personnes qui finissaient mortes, suicidées en Irak. Des gens qui étaient à côté de moi. Et cela m’a fait flipper, je ne sais pas où j’aurais pu terminer », déclarait-il

Avec Femmeactuelle

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
USA : on en sait un peu plus sur les 5 explosifs envoyés à Obama et Hillary Clinton