Pour certaines trentenaires, un dilemme se pose. On leur recommande souvent d’attendre 18 ou 24 mois entre deux grossesses, mais les risques augmentent avec l’âge, donnant un certain sentiment d’urgence.

Image d’illustration

Une étude, publiée ce lundi dans le Journal of the American Medical Association, conclut qu’un intervalle de moins d’un an augmente nettement les risques, quel que soit l’âge. Au-delà de 12 mois, il n’y a par contre plus de grande différence.



Grossesses rapprochées, grossesses à risque

Les chercheurs ont étudié 150.000 grossesses au Canada entre 2004 et 2014. L’intervalle calculé représente la durée entre la naissance du premier enfant et la conception du second. « Les grossesses rapprochées posent des risques pour les femmes de tout âge », explique Laura Schummers, auteure principale de l’étude. Mais « nous avons trouvé des niveaux de risques similaires entre 12 et 24 mois ».

Pour les femmes de plus de 35 ans, des grossesses rapprochées de 3, 6 ou 9 mois augmentent fortement le risque de complications sérieuses pour la maman. Ce n’est pas le cas pour les femmes de 20 à 34 ans.

Rassurer les mamans

Le danger est augmenté chez les femmes de tout âge (enfant mort-né, mort dans la première année, poids très faible, grand prématuré). Il est plus prononcé encore chez les femmes plus jeunes. Ces événements restent rares, environ 2 % des grossesses étudiées. Quand l’intervalle est de six mois, le risque de naissance prématurée, spontanée augmente de 59 % par rapport à un intervalle de dix-huit mois.

« Ces conclusions devraient rassurer les femmes plus âgées », concluent les chercheurs, espérant que leurs travaux aideront les mères à mieux prendre en compte les différents risques. Aux États-Unis, les préconisations officielles sont d’attendre au moins 18 mois. L’OMS recommande 24 mois.