Guerre en Ukraine : la Russie reporte le “référendum” dans la région occupée de Kherson alors que l’Ukraine regagne plus de territoires

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Les autorités militaires russes de la ville de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, ont reporté leur référendum sur l’adhésion à la Russie, invoquant des raisons de sécurité.

L’annonce intervient alors que l’Ukraine affirme que ses forces ont repris Vysokopillya, une ville située à environ 167 km (104 miles) au nord du centre de Kherson. La reconquête du territoire fait partie d’une contre-offensive dans le sud lancée par l’armée ukrainienne la semaine dernière.

L’Ukraine et ses alliés occidentaux ont dénoncé les projets de référendum de la Russie à Kherson occupée et dans d’autres régions comme étant illégaux. S’exprimant à la télévision d’État russe, M. Stremousov a déclaré que les bombardements ukrainiens avaient endommagé le pont Antonovskiy de Kherson à un point tel que les véhicules ne pouvaient plus le traverser.

Il a déclaré que les barges transportant des civils à travers le Dniepr (Dnipro) étaient également sous le feu ukrainien, tout comme l’infrastructure de la ville. Il a déclaré que de lourds bombardements ukrainiens avaient rendu un pont clé de Kherson infranchissable hors de Kherson.

La Russie a prévu des référendums à Kherson et dans la région méridionale de Zaporizhzhia, dont elle contrôle la majeure partie. Ces dernières semaines, l’Ukraine a déployé plusieurs lance-roquettes Himars de fabrication américaine dans le but de repousser les Russes hors de la ville de Kherson, la première à tomber après leur invasion du 24 février. En 2014, les autorités russes ont organisé un référendum en Crimée annexée, mais celui-ci n’a pas été reconnu internationalement.