Guide-accompagnateur

Niveau d’études minimal

sans diplôme

Commentaire

Lorsqu’un tour-opérateur organise un voyage de groupes, il confie la gestion pratique du séjour au guide-accompagnateur. Son travail peut commencer dès le départ du voyage. Il peut aussi rejoindre le groupe sur place, dans le pays visité, s’il est un “local”.

Il a sous sa responsabilité plusieurs dizaines de personnes, pour qui il gère toutes les tracasseries administratives : planification des journées, gestion des transports, des réservations… Rien ne doit être laissé au hasard ! Son but ? Que tous les touristes profitent de leur voyage et… rentrent dans leur pays d’origine sains et saufs !

Évidemment, les contraintes du métier varient selon le lieu du séjour : quatre jours en ville exigent moins de logistique que dix jours en plein désert. Si ce métier attire de nombreux candidats, il reste précaire : un guide est rarement salarié.

Ses compétences

organiser, accompagner, superviser.

Sa formation

il n’y a pas de diplôme systématiquement requis. Des connaissances en histoire, histoire de l’art, géographie, ainsi que la maîtrise de plusieurs langues sont des atouts. Certains organismes de voyage apprécient néanmoins les titulaires du tout nouveau BTS Tourisme, de la nouvelle licence pro guide-conférencier, d’une licence pro dans le domaine touristique.

 

Plus d'articles
Maître de conférences des universités – praticien hospitalier