Ces dernières semaines, la décision du président Vaz de changer de Premier ministre contre l’avis de la CEDEAO avait suscité l’inquiétude quant à la tenue de ce scrutin. Mais la commission électorale bissau-guinéenne assure que toutes les conditions sont réunies pour que le vote, de ce dimanche, se déroule normalement.

Twitter annonce une nouvelle fonctionnalité pour protéger les utilisateurs

IFT

À Bissau, il y a un peu partout les portraits des candidats sur des affiches, sur des casquettes, sur des tee-shirts. Ce vendredi est encore calme, mais les militants se préparent pour les derniers grands meetings dans la capitale, cet après-midi, avec concerts et sonorisation. Des camions circulent déjà en ville. C’est le moment ou jamais de convaincre pour les candidats en campagne depuis le 2 novembre.

Togo/Images d’amphis remplis qui circulent sur les réseaux sociaux : l’UL apporte des précisions

Ils sont douze en lice. Parmi eux, le président José Mario Vaz (photo), candidat indépendant. Il a été très peu présent dans la capitale. Il a battu campagne essentiellement à l’intérieur du pays. Le parti historique, le PAIGC, a l’habitude des campagnes électorales avec une organisation et une communication bien rodée en faveur de Domingos Ferreira. Autre poids lourd, Umaro Sissoko Embalo, le candidat du Madem, principal parti d’opposition au Parlement, qui lui, mise sur le changement sur le thème « le PAIGC a assez gouverné, il faut du renouveau », même si lui-même est issu de ce parti.

Avec RFI