Halte à la violence à l’égard des filles et des femmes !

halte-a-la-violence-a-legard-des-filles-et-des-femmesDe par le monde, les filles et les femmes sont considérées comme des êtres de sexe faible, et sont souvent exposées aux violences en tous genres. Elles sont notamment victimes de violences sexuelles, physiques, financières, émotionnelles et psychologiques dans leurs propres maisons, dans leurs relations, leurs amitiés, leurs écoles, leurs communautés.

Pour pallier ce fléau, 500 enseignants volontaires sur toute l’étendue du territoire togolais se frottent, depuis ce lundi 24 octobre à Lomé, aux thématiques liées au genre, à la violence, aux stéréotypes de sexe, de croyances néfastes, de mauvaises pratiques et également de plaidoyer et d’animation de sessions de sensibilisation.

Ce programme dénommé « Voix contre la violence », initié depuis 2011 par l’ONU Femmes et l’Association Mondiale des Guides et des Éclaireuses (AMGE), est un outil transformateur de lutte contre les violences à l’égard des jeunes filles de 5 à 25 ans.

Pour le Professeur Komi Tchakpélé Palamwè, ministre en charge des Enseignements primaire et secondaire et de la formation professionnelle, présent au dit atelier, le Togo a compris l’importance du volontariat et a bâti une infrastructure de volontariat national solide et puissant afin d’éradiquer toutes les formes de violence contre les femmes, particulièrement dans le secteur de l’éducation.

« Ces formations qui se dérouleront sur toute l’étendue du territoire, feront potentiellement du Togo, la vitrine de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles », a-t-il indiqué.

Bernard Adzorgenu

Plus d'articles
Nigeria : plusieurs personnes brûlées à mort dans un accident impliquant un camion-citerne