Interpol a mis fin à l’horreur. 50 enfants ont été sauvés d’un réseau international de pédophiles au terme d’une vaste opération de l’organisation policière.

Interpol avait lancé l’opération «Blackwrist» en 2017 après avoir découvert sur le «dark web» un site pédophile comptabilisant pas moins de 63.000 membres à travers le monde. Le site proposait notamment les images d’abus perpétrés sur onze garçons, tous âgés de moins de 13 ans.



Les enquêteurs de plusieurs pays s’étaient ainsi lancés dans l’analyse et la traque de ce réseau. En 2018, l’opération a permis l’arrestation de deux personnes : l’administrateur principal du site, en Thaïlande, et un autre administrateur de premier plan, en Australie.

Lire aussi: France/Guinée : une opposante guinéenne se fait voler un diamant de 29,6 milliards FCFA à Paris

Deux hommes déjà condamnés

L’homme arrêté en Thaïlande a été reconnu comme étant l’auteur d’abus sur plusieurs enfants, parmi lesquels son neveu. Selon les précisions d’Interpol, citées par CBS, il attirait les enfants en leur promettant de la nourriture, un accès à Internet et des jeux. Il a été condamné par la justice thaïlandaise à 146 ans de prison.

Le deuxième homme possédait des milliers de documents pédopornographiques filmés en Australie et en Thaïlande entre 2011 et 2018. Sur les images, il était souvent l’auteur principal des sévices sur les enfants, dont un bébé âgé de 15 mois au moment des faits.

«Vous êtes le pire cauchemar d’un enfant, vous êtes l’horreur de tous les parents et une menace pour la société», a souligné le juge Liesl Chapman, lors de son procès en Australie. Après avoir plaidé coupable de 50 chefs d’accusation portant sur onze enfants, il a écopé d’une peine de 40 ans de prison.

Avec cnews.fr