« Il m’a aidé à payer mes frais de scolarité » : cette surprenante révélation d’un Kényan sur Joe Biden

Joe Biden a le cœur sur la main. Le nouveau président américain élu à l’issue de l’élection du 3 novembre dernier qui a vu la défaite de Donald Trump a posé un acte de générosité incroyable qui le rattrape aujourd’hui.

Diplômé en relations internationales de l’Université internationale des États-Unis (USIU), Jonathan Tyno Rotino, un Kényan de 32 ans du comté de West Pokot, a raconté comment le démocrate lui avait donné un coup de main alors qu’il était encore étudiant.

Rotino est issu d’une grande famille modeste et ses parents avaient du mal à payer ses études. « Avec un solde impayé de plus de 1 800 dollars, je savais qu’il était très difficile de réunir cette somme pour payer mes frais de scolarité. J’avais la foi et un jour, tout s’est mis à tourner en ma faveur », se souvient-il. Sa rencontre avec Biden en juin 2010, lorsque l’ancien vice-président de Barack Obama avait visité le Kenya, a été le déclic dans sa vie. « Je ne savais pas que mon professeur de sciences politiques, Ivonne Knudsen, m’avait choisi parmi un groupe d’étudiants pour rencontrer l’ancien vice-président qui était venu s’entretenir avec des leaders d’opinion et des étudiants issus de communautés marginalisées au Kenyatta International Convention Centre (KICC), à Nairobi. » La cravate et le pull que M. Rotino portait pour cette importante circonstance étaient empruntés. 

Après son discours, quelle ne fut pas sa surprise de voir Joe Biden l’approcher. « J’étais assis au tout premier rang. J’ai été stupéfait et profondément surpris lorsqu’il est venu me voir et m’a demandé mon nom et ce que je voulais être à l’avenir », a-t-il déclaré. Sa réponse a été simple : Rotino ambitionnait devenir président du Kenya à l’avenir, mais que les problèmes de frais de scolarité se trouvaient entre lui et ses ambitions. « Biden m’a regardé et a appelé l’ambassadeur américain de l’époque, Michael Ranneberger, pour voir comment il pouvait m’aider. »

Non seulement ses études universitaires ont été entièrement prises en charge, mais aussi il avait droit à une allocation mensuelle de plus de 183 dollars. « Je souhaite le meilleur à Biden, car il a compris ma situation et m’a aidé à payer mes frais de scolarité alors que j’étais sur le point d’être renvoyé », a confié à The Standard celui qui travaille actuellement pour une organisation non gouvernementale appelée Act Change Transform (ACT), rapporte Afrikmag.

Plus d'articles
Manchester United : annonce fracassante de l’agent de Paul Pogba