in ,

Inclusion des jeunes : l’OCDE et le ministère en charge de la jeunesse et de l’emploi des jeunes mettent les bouchées doubles

Table d'honneur
Table d’honneur

Le ministère du Développement à la base de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes en collaboration avec le Centre de Développement de l’OCDE a tenu ce mercredi 14 mars 2018 à l’hôtel Onomo, un atelier de lancement du rapport intitulé « Examen du bien-être et des politiques de la jeunesse au Togo ».

La cérémonie d’ouverture officielle de cet atelier a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Prof Octave Nicoué K. Broohm, représentant Madame le ministre du Développement à la base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mme Victoire Tomegah-Dogbé.

Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet « UE-OCDE Inclusion des jeunes » et vise à renforcer les capacités des principaux acteurs nationaux en matière de compréhension des multiples dimensions de l’inclusion et du bien-être des jeunes, ainsi qu’en matière de conception, suivi et évaluation de politiques en faveur de la jeunesse.

Pour Mme Rose Akuitse, cheffe de l’Administration du Centre de Développement de l’OCDE, « ce projet vise à appuyer les efforts du Gouvernement dans son action en faveur des jeunes, notamment à travers l’identification des principaux défis auxquels ces derniers sont confrontés et des réponses politiques pertinentes afin de les relever ».

Outre cela, l’atelier vise aussi à inciter les acteurs à encourager et favoriser la participation active des jeunes à la vie publique et leur engagement citoyen pour l’édification de la paix au sein de la société.

Pour le ministre Nicoué Broohm, « le bien-être et l’épanouissement des jeunes constituent le leitmotiv du Gouvernement togolais. Ce dernier veut faire, à l’horizon 2030, de la jeunesse togolaise une jeunesse épanouie, autonome et responsable qui participe pleinement à la construction nationale, en particulier dans le domaine de l’accélération de la croissance et du développement socio-économique ».

Notons que ce projet, d’une durée de quatre (4) ans, bénéficie de l’appui financier de l’Union européenne.

L’atelier a vu la participation effective d’autres autorités entre autres le Secrétaire général de la Présidence, M. Patrick Têvi, et l’Ambassadrice de l’UE au Togo, Mme Maria Cristina Martins-Barrera.



Langue française, notre trait d’union pour agir

La vie après la mort: des chercheurs la confirment, ou presque