Informatique : 5 métiers d’avenir qui recrutent

Le secteur de l’informatique se porte très bien et poursuit sa croissance en cette fin d’année 2019. Vous êtes intéressé par les technologies de l’information ?  Zoom sur 5 métiers de l’IT parmi les plus convoités des recruteurs.

Voici les jobs les mieux payés sans diplôme

Développeur(se) “full stack”

C’est un développeur qui a plusieurs casquettes (en anglais, stack signifie empilement). À la fois développeur front-end et back-end, il est en mesure de configurer un système d’exploitation, de se charger de l’architecture d’un site ou d’intervenir sur la partie graphisme.

En bref, ce véritable couteau-suisse du développement peut créer, coder, développer un site web, de sa conception à sa mise en ligne. Sa force est dans sa polyvalence et son savoir-faire transversale, ce qui en fait un profil très sollicité par les start-ups et les petites entreprises qui ne peuvent pas embaucher une équipe de développeurs.

Formation : métier balbutiant, il n’existe pas de parcours type à proprement parler, mais de nombreuses formations en lignes permettent d’accéder au poste. Dans la plupart des cas, les full stack web developers sortent d’une école d’ingénieur ou d’une école du Web.

Salaire : cela dépend de la structure et des missions mais la moyenne est de 39 000 € brut par an pour les juniors et plus de 65 000 € pour les profils expérimentés.

Développeur(se) d’application mobile

Comme l’indique son titre, la principale mission du développeur d’application mobile est de concevoir et développer des applications pour smartphone. Mais pas que, il peut également déployer la version mobile d’un site.

Son quotidien : coder et tester. Et quand l’application est lancée, il est chargé de l’améliorer et de l’optimiser en prenant en compte les feedbacks. En général, il travaille au coude-à-coude avec un webdesigner et le chef de projet. Il a le choix de se spécialiser en tant que développeur android ou développeur iOS.

Formation : bac +2 DUT ou BTS / bac +3 licence pro en informatique / bac +5 école d’ingénieur spécialisée en informatique ou un master systèmes informatiques.

Salaire : les juniors sont rémunérés entre 35 000 et 38 000 € et la moyenne chez les seniors est de 52 000 € brut par an.

Burkina Faso : un étudiant arrêté pour ses publications sur Facebook

Data analyst

L’explosion du nombre de données a favorisé l’émergence de plusieurs nouveaux métiers, dont celui de data analyst. Son rôle est d’analyser et de traiter les données afin d’en extraire des informations pertinentes aussi bien sur les tendances d’achat et de consommation que sur les profils des consommateurs, leurs attentes et leurs besoins.

À la croisée entre les mathématiques, les statistiques, l’informatique et le marketing, le data analyst est très prisé des grandes entreprises.

Formation : un bac +4 ou +5 est indispensable, mais les possibilités nombreuses. Le data analyst peut aussi bien sortir d’une école d’informatique, que d’un master en marketing ou en mathématiques.

Salaire : pour un junior, le salaire est compris entre 35 000 et 40 000 € et, avec quelques années d’expériences, celui-ci peut monter jusqu’à 50 000€ brut par an.

Ingénieur(e) en cyber-sécurité

Les actes de cyberdélinquance à travers le monde auraient engendré quelque 600 milliards de dollars de préjudice en 2018. C’est ce que révèle une étude de F-Secure, mettant en exergue les enjeux de la cyber-sécurité. Cette filière d’avenir peine pourtant à attirer les diplômés. D’après le Fongecif, seulement 25 % des besoins en recrutements sont couverts, ce qui représente environ 6.000 postes à pourvoir dans le secteur.

Ingénieur en cyber-sécurité est donc un métier très porteur. Son rôle est d’assurer la fiabilité et la sûreté du système d’information d’une entreprise. C’est le gardien des données !

Parmi les tâches qui lui incombent, installer le matériel et les logiciels de cyberprotection, mettre en place une stratégie pour se défendre, sensibiliser les utilisateurs sur les enjeux de la sécurité numérique, réaliser des tests d’intrusion pour rechercher des failles et être constamment en veille pour être à jour sur les techniques des pirates.

Formation : pour accéder à ce métier, de plus en plus de formations voient le jour et les grandes écoles sont chaque année plus nombreuses à ouvrir des masters dédiés à la sécurité des système. En général, les ingénieurs en cyber-sécurité passent par un bac +5 en école d’ingénieur avec une spécialité en sécurité informatique ou en master universitaire dans le secteur de l’informatique.

Salaire : de 38 000 à 50 000 € brut par an pour un débutant et entre 65 000 et 100 000 € de 5 à 15 ans d’expérience.

Chef(fe) de projet informatique

Chef d’orchestre d’un projet, il en assure la gestion tout en respectant coûts, plannings, délais et cahier des charges. Il a une vision d’ensemble de chaque projet et coordonne le travail des différents acteurs.

Formation : comme pour la plupart des métiers du secteur, ce poste est accessible avec un bac +5 en informatique ou un diplôme d’école d’ingénierie. Le chef de projet informatique peut également être amené à exercer ce métier après plusieurs années d’expérience dans le développement.

Salaire : quand un débutant gagne entre 28 000 et 30 000 € brut annuel, un profil confirmé peut atteindre un salaire annuel de 70 000 €.

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Super coupe : Ernest Obama humilié par Samuel Eto’o