Insolite : il perçoit par erreur plus de 224 millions de Fcfa et refuse de les rendre

Une municipalité d’une petite ville au sud du Japon a versé par erreur l’équivalent de 338 000 euros (plus de 224 millions de Fcfa) d’allocations à l’un de ses résidents. Le bénéficiaire refuse dans un premier temps de rendre l’argent.

La municipalité a porté plainte, puis l’a fait arrêter en apprenant qu’il aurait gaspillé cette somme dans des casinos en ligne. Le bénéficiaire se dit prêt à la rembourser. Mais dit-il la vérité ? L’affaire fait, en tout cas, grand bruit au Japon.

Erreur de la banque en votre faveur ? Le Japon est agité depuis un mois par un fait-divers impliquant un trop-perçu. Le mois dernier, la petite ville d’Abu, dans la préfecture de Yamaguchi, envoie à des foyers à faibles revenus l’équivalent de 730 euros au titre d’aide à la pandémie. Mais elle verse par erreur une somme supplémentaire équivalente à 338 000 euros à l’un de ses résidents.

Alertés, des fonctionnaires municipaux rendent aussitôt visite au bénéficiaire pour lui réclamer la somme indûment perçue. L’homme, âgé de 24 ans, assure alors qu’il rendra l’argent. Mais les jours passent, les lettres de relance suivent et l’argent ne refait pas surface.

Accompagnés de la mère du jeune homme, des fonctionnaires se rendent sur son lieu de travail. Il admet avoir déplacé l’argent et être dans l’impossibilité de le restituer. Mais il se dit prêt « à expier son péché ». Il est arrêté.
Rendre la somme « petit à petit »

Aujourd’hui, son avocat déclare qu’il aurait tout dépensé dans des casinos en ligne. Mais, assure-t-il, son client est décidé à rendre l’argent « petit à petit. »

Une version à laquelle les autorités locales ne croient pas. Le maire d’Abu, Norihiko Hamada, assure ainsi douter que le jeune homme ait tout dépensé. Une partie de l’argent a ainsi été transférée sur un autre compte en ligne. En attendant, la municipalité, responsable du virement, croûle sous les appels des habitants en colère. Et se dit épuisée.

Avec RFI

Similaires