in ,

Insolite / Près de £ 1.000.000 retrouvés sur le compte bancaire d’une mendiante handicapée après son décès

Les Beyrouthins ont été choqués d’apprendre qu’une mendiante handicapée de la capitale libanaise, récemment décédée, avait près de 1.000.000 de Livres Sterling (750.667.341 FCFA) sur son compte en banque.

Cette mendiante, qui s’appelait Fatima Othman, avait perdu l’usage de ses mains et pieds pendant la guerre civile libanaise. Elle est devenue une ‘célébrité mineure’ après la mise en ligne d’une photo d’un soldat libanais bienveillant lui fournissant un verre et de la nourriture. Les internautes eurent pitié d’elle et ont fait différents dons, mais elle a ignoré ces fonds pour continuer par mendier.

Après sa mort, par crise cardiaque, la police s’est présentée pour enquêter et a été choquée de découvrir deux sacs contenant 5 millions de LBP (£ 2.457, soit 1.844.389 FCFA) en espèces.

Mais les policiers ont été encore plus surpris quand ils ont retrouvé un livre de dépôt d’argent d’une banque locale. Quand ils ont regardé à l’intérieur, ils ont réalisé que le compte contenait encore 1,7 milliard de LBP (£ 835 000, soit 626.807.230 FCFA) en économies.

Le porte-parole de la police, Joseph Musallem, a déclaré que la découverte de l’argent et du livre d’épargne ‘a été une grande surprise’.

Les associations caritatives locales qui connaissaient la femme, dont beaucoup ont donné de l’argent et de la nourriture, ont dit qu’elles étaient également surprises de la somme d’argent qu’elle avait.

Après sa mort, la police a retrouvé sa famille dans la ville d’Ain Al-Zahab, à Akkar, dans le nord du Liban, et ils ont recueilli son corps qui a été enterré.

Sa famille n’avait pas réalisé qu’elle était riche non plus. Mais on croit qu’elle avait trop peur d’admettre qu’elle avait de l’argent au cas où elle serait volée. Et qu’elle avait donc continué à mendier parce que c’était ce qu’elle savait faire.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

La Commission de l’Uemoa recrute

Un couple nigérian célèbre le premier anniversaire de leurs sextuplés nés après 17 ans d’infertilité