Invasion du Capitole : un Français suspecté d’avoir financé les émeutiers

Des bitcoins ont-ils servi à financer les émeutiers pro-Trump qui se sont attaqués au Capitole la semaine dernière ? L’hypothèse est avancée dans une note de blog par un cabinet new-yorkais spécialisé dans la lutte contre le blanchiment d’argent et la fraude dans l’espace de la monnaie numérique.

Selon Chainalysis, un paiement unique d’une valeur de plus de 500.000 dollars, l’équivalent de 28,15 bitcoins à l’époque, a été effectué le 8 décembre vers 22 portefeuilles virtuels différents. À l’origine de ce virement suspect : «un programmeur informatique maintenant décédé basé en France». Ce Français dont l’identité n’a pas filtré souffrait de problème de santé et semble s’être donné la mort le lendemain même de la transaction. Il a laissé une note sur son blog expliquant son geste.

La plupart des bénéficiaires sont des militants ou des sites d’extrême droite. Parmi eux, Nick Fuentes, figure connue l’alt-right américaine. L’intéressé, banni de YouTube l’année dernière pour discours haineux et propos négationnistes, a reçu 13,5 bitcoins, une valeur d’environ 250.000 dollars au moment du transfert, soit 45 % de la somme totale. L’intéressé a été photographié le 6 janvier dernier devant le Capitole, mais nie formellement être entré à l’intérieur du bâtiment.

Par ailleurs, le rassemblement n’a été annoncé par Donald Trump que plusieurs jours après la transaction. Autre destinataire du virement, d’après Chainalysis, le négationniste Français, Vincent Reynouard, encore condamné il y a quelques mois pour contestation de crime contre l’humanité. Il aurait, lui, reçu l’équivalent de 100.000 dollars en bitcoins.

Chainalysis dit avoir transmis toutes les preuves collectées aux autorités compétentes. Selon Yahoo News, qui a révélé la note du cabinet, celles-ci s’intéressent de près à cette transaction et plus généralement aux sources de financement dont ont pu bénéficier les émeutiers du Capitole. Le FBI a arrêté plus de 100 personnes suspectées d’avoir participé à l’assaut contre le Congrès.

L’inquiétude porte désormais sur l’investiture de Joe Biden. Selon un rapport interne du FBI, cité par les médias américains, un «groupe armé identifié» se prépare à «prendre d’assaut» des bâtiments gouvernementaux sur le territoire américain et dans la capitale dans les jours prochains et jusqu’à l’entrée en fonction du président démocrate.

Avec LeFigaro

Plus d'articles
Bénin : le gouvernement donne des précisions sur la rencontre Yayi-Talon