Des hommes armés masqués ont tendu une embuscade le mercredi 22 janvier dernier, et ont tué le commandant local d’une force de sécurité paramilitaire dans le sud-ouest de l’Iran.


Mort du général Soleimani : l’étrange tweet de la présidence du Mali qui parle de connerie de Trump

Ce dernier était un associé du haut général iranien Quassem Souleimani, récemment tué lors d’une frappe de drones américains à Bagdad. Révèle l’agence de presse officielle, IRNA,

Le nouveau général iranien tué, Abdolhossein Mojaddami, dirigeait les forces Basij, une aile paramilitaire des Gardiens de la révolution utilisée pour la sécurité intérieure et d’autres tâches, dans la ville de Darkhoein.

A en croire l’agence, il a été abattu devant son domicile dans la ville de la province du Khuzestan, riche en pétrole. « Deux hommes à moto, armés d’un fusil d’assaut et d’un fusil de chasse, ont tendu une embuscade à Mojaddami », a ajoute l’IRNA.

Les individus, aux visages masqués, ont tiré sur le général et on ignore, pour l’heure, leurs identités et provenances. Le défunt entretenait des relations étroites avec Soleimani, un ancien commandant militaire iranien tué le 3 janvier en Irak dans un raid ordonné par le président américain Donald Trump.

Coupure de la connexion internet cette semaine : A part le Togo, les autres pays touchés

Pour l’heure, aucun groupe armés ou pays n’a revendiqué le meurtre du général iranien, Mojaddami, mais certains analystes de renseignement soupçonnent les Etats-Unis.