« J’ai pris des ARV pendant 2 ans », une femme furieuse contre l’hôpital qui l’a diagnostiquée séropositive par erreur

Une femme kényane, Ann Wambui, a appelé l’hôpital Thika de niveau 5 qui l’avait diagnostiquée à tort comme séropositive au cours d’un examen de routine en 2017 et lui avait demandé de prendre des antirétroviraux pendant deux ans.

Se rappelant à quel point elle était déprimée après avoir reçu le diagnostic du virus pour lequel elle avait été testée en compagnie de son mari, Ann a révélé qu’elle avait failli tenter de se suicider au moment de la rupture de son mariage.

S’adressant à NTV, elle a déclaré: “Je me connaissais. Je savais que je n’étais pas malade. Chaque personne sait comment elle vit, si bien que je savais qu’il était impossible que je sois positif.”

Lire aussi: Pays africains qui consomment de l’alcool pur : le Gabon champion ! le Togo derrière le Bénin, le Ghana loin devant (liste)

“Je me souviens qu’il y a eu un moment où je prenais du poison pour rat, le mélangeais à de l’eau et essayais de le prendre”, ajouta douloureusement la dame.

Cependant, après avoir effectué un autre test en 2019 et découvert qu’elle était négative, la Kenyane qui a pris des antirétroviraux pendant 2 ans a déclaré qu’elle devait effectuer le test 6 fois pour en être certaine. Confrontée à l’hôpital avec le résultat du test, Ann a déclaré qu’ils avaient omis d’admettre qu’ils avaient tort.

“Ils ont affirmé que ma charge virale était faible et indétectable. Essentiellement, ils ne voulaient pas admettre leur erreur”, a déclaré Ann.

Elle a également affirmé qu’un employé de l’hôpital Thika avait admis que certains kits de test étaient défectueux au moment de son test.

Plus d'articles
FC Barcelone : Ivan Rakitic, vers un départ précipité