Jean-Marie Bigard “ruiné”: « Je suis étouffé, d’où ma colère »

Invité le jeudi 3 décembre dans les “Grandes Gueules” sur RMC, Jean-Marie Bigard s’est confié sur sa situation financière mise à mal par les mesures gouvernementales prises afin de limiter la propagation de la pandémie. “Je suis étouffé, d’où ma colère”, a lancé l’humoriste, qui enchaîne les coups de gueule dernièrement. “Je suis comme un cheval au box qu’on interdit de sortir depuis 7 mois, sans avoir gagné un centime d’euro, en étant en train d’emprunter, de taper un pote pour finir le mois”.

Privé de “la puissance de feu” que lui procure la scène et de son “pouvoir de rendre heureux les gens”, l’humoriste ne demande qu’une chose: pouvoir reprendre ses spectacles. « Je suis tout à fait aux abois oui, je n’ai plus un rond dans le sens où je suis comme tout le monde, à demander une autorisation de découvert à ma banque, sinon j’ai trois mois de loyers de retard », a-t-il encore révélé.

Malgré ses difficultés, Jean-Marie Bigard a toutefois relativisé sur sa situation : « Si tu me demandes 500 euros, je vais aller te les chercher au distributeur. Je ne vais pas me plaindre de mon sort. Mais si tu me demandes si je suis financièrement ruiné, je le suis », a-t-il précisé.

Jean-Marie Bigard a également profité de l’occasion pour tacler Gérard Jugnot, qui s’en est violemment pris à lui dans “Touche pas à mon poste” le 30 novembre dernier. L’acteur avait critiqué l’humoriste suite à son coup de sang sur France Bleu, allant même jusqu’à le comparer avec Hitler.

« C’est dur parce que les gens comme Gérard Jugnot, ou d’autres, qui me critiquent, ils continuent de tourner des films », a déclaré Jean-Marie Bigard. « Ils pètent dans la soie mais moi, si je ne vais pas avec mes 100 kilos de bidoche sur la scène et que le préfet n’accepte pas que je joue devant 2.000 personnes, il m’affame. Je suis ma seule et unique source de revenus. Si je ne travaille plus, je ne gagne plus d’argent. Et au bout de six mois, et bah tu claques du bec. Relativement, hein ! », a-t-il conclu.

Avec 7sur7.

Plus d'articles
Trafic d’Ivoire : un ex marin togolais aux arrêts