Crédit Photo : Reuters

JO Tokyo 2021 : Fin de l’aventure pour le pongiste togolais Kokou Dodji Fanny

Kokou Dodji Fanny, représentant du Togo aux Jeux olympiques de Tokyo 2021, a été éliminé dès le premier tour du tournoi de tennis de table, ce 24 juillet. Mais, au lendemain de la cérémonie d’ouverture, ce pongiste de 34 ans qui vit à New York ne veut retenir que le positif de son expérience aux JO, dans un entretien accordé à la Radio France Internationale.

Du baseball au ping pong

Qu’importe, Kokou Dodji Fanny a vécu pleinement les derniers jours passés au Japon, un pays qu’il n’avait jamais visité. La veille, il a défilé lors de la cérémonie d’ouverture de ces JO 2021. « C’est le summum pour tout athlète, savoure-t-il. Je n’ai pas de mots pour l’expliquer ». Il poursuit : « C’est un grand rêve qui s’est réalisé. Je me suis toujours entraîné en pensant aux Jeux olympiques, mais tout en me disant que mes chances d’y aller étaient faibles. »

Kokou Dodji Fanny a toutefois voulu y croire, car le tennis de table lui a permis de grandir. « Quand tu perds au ping, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, tu ne peux blâmer personne d’autre, estime-t-il. J’ai d’ailleurs commencé par le baseball. J’ai joué pour l’équipe nationale des cadets. Or, le baseball est un sport d’équipe. Lorsque tu fais une faute, tu peux le reprocher à d’autres personnes, pas comme au ping ».

Coach à New York

Comble du paradoxe, ce n’est pas sa passion pour le baseball mais celle pour le tennis de table qui permet aujourd’hui à Kokou Dodji Fanny de vivre aux Etats-Unis depuis six ans. « Je suis entraîneur à plein temps à New York, au sein d’un des plus grands clubs d’Amérique du Nord, Westchester, explique-t-il. Le propriétaire du club, Will Short, m’avait invité à un tournoi. Puis il m’a ensuite dit qu’ils m’aimaient bien là-bas et que je pouvais rester si je voulais ». Ce qu’il a fait, car « avec le ping, tu peux gagner un peu ta vie, aux Etats-Unis ».

Rien à voir donc avec la situation de son sport au Togo. « Si j’en suis arrivé à ce niveau, c’est parce que je vis aux Etats-Unis, assure-t-il. C’est une des raisons pour laquelle je parviens à me déplacer pour certaines compétitions. Cela m’a permis d’avoir cette place pour les Jeux olympiques ».

De Tokyo à Paris ?

L’Olympien en profite pour lancer un appel aux dirigeants togolais. « Qu’ils mettent un tout petit peu de moyens, demande-t-il. Je ne suis pas anti-football mais s’ils pouvaient mettre un dixième des moyens du foot au ping… »

En attendant, Kokou Dodji Fanny veut continuer à vivre et à s’entraîner aux Etats-Unis, avec les JO 2024 de Paris, comme objectif. « J’ai envie de repartir de l’avant et de refaire les Jeux olympiques. Après ce que j’ai vécu, j’ai envie de revenir, forcément », sourit-il.

Avec RFI 

Golden Tulip Ad

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Naomi Campbell : à 50 ans, la star devient maman pour la première fois (photo)