La Journée de l’enfant africain est commémorée chaque 16 juin depuis 1991, année de sa création par l’OUA, dans les pays d’Afrique.

L’édition de cette année est placée sous le thème « L’action humanitaire en Afrique : les droits de l’enfant avant tout. »



Cet évènement est une occasion pour le Togo et les États africains de faire le point sur les droits de l’enfant et de chercher à prendre des mesures afin d’améliorer le bien-être des enfants dans leurs pays respectifs.

Des nations africaines, dont le Togo, ont pris des mesures positives dans les domaines de la santé, de l’éducation. Ainsi, au cours de ces dernières années, le taux de scolarisation en Afrique subsaharienne a augmenté que dans les années 1990, les disparités entre garçons et filles sont en train de se réduire à l’école primaire.

Cependant, ces avancées ne suffissent pas. Car, environ 45,5 millions d’élèves d’Afrique subsaharienne ne sont toujours pas scolarisés, selon les rapports de l’organisation onusienne en charge des enfants (Unicef).

Lire aussi Italie : la Juventus Turin a un nouvel entraîneur

L’Unicef œuvre donc de concert avec les gouvernements d’Afrique et d’autres régions pour analyser leur budget national ainsi que ses répercussions sur les enfants afin de faciliter une utilisation plus rationnelle des finances publiques à des fins sociales.

Il faut noter que cette journée de l’enfant africain est un évènement annuel qui commémore le massacre des enfants de Soweto (Afrique du Sud) de 1976 par le régime de l’apartheid. Elle attire également l’attention sur la vie des jeunes africains d’aujourd’hui.