in

Judith Gnamey, la Togolaise passionnée de la biologie

Elle a hérité de sa mère la persévérance, elle est une femme de science (thésarde en biochimie médicale et biologie moléculaire) au vrai sens du terme. Notre personnage est Judith GNAMEY.

Parcours sans fautes ou…presque

Notre scientifique a eu un parcours sans fautes, du moins de l’école primaire jusqu’à l’obtention de son baccalauréat, série D. Dans l’optique de faire des études en Médecine, « Je me suis ensuite inscrite en Faculté de médecine, j’étais aussi admise au concours d’entrée à l’École Supérieure des Techniques Biologiques et Alimentaires (ESTBA) mais j’avais choisi partir en faculté de médecine. À la fin de l’année scolaire, je n’ai pas réussi ».

 

Cet échec n’a pas eu raison de cette jeune femme très croyante. Il lui a plutôt permis de revoir ses perspectives et de se définir de nouveaux objectifs. « J’ai obtenu une dérogation pour reprendre, mais je me suis interrogée sur les réels intérêts pour la science. Était-ce un amour pour la médecine ou plutôt la Biologie, qui me passionnait profondément ? J’ai encore repassé le concours d’entrée à l’ESTBA » déclare-t-elle.

Au final, elle s’est « réellement sentie dans son élément, et a eu sa licence en analyses biomédicales ». Après une licence et un master, Judith est devenue une étudiante en thèse de biochimie médicale et biologie moléculaire.

Activiste, femme engagée

En dehors de cet amour pour les sciences, elle est sensible à la cause des femmes et des enfants, et donc activiste sociale et blogueuse à ses heures perdues. Selon Judith GNAMEY, « si l’on ne s’engage pour rien, on subira tout » voici son leitmotiv pour son engagement social. 

 

Togo/Semaine africaine des sciences : de la théorie à la pratique à Kouvé

 

En plus, son désir le plus profond, aujourd’hui, est d’agir pour la terre de ses aïeuls, dans le domaine scientifique et politique. Elle estime ne pas avoir les armes suffisantes pour remplir cette mission, mais pour l’heure elle œuvre à sa formation et en appuyant toute initiative qui peut apporter quelque chose au Togo. 

Voilà d’ailleurs pourquoi « j’étais à la journée scientifique des femmes et des jeunes filles, organisée par la société All Solutions et son promoteur Hervé VEYATO ».

Féministe… ? plutôt une femme de foi

Contrairement aux idées en vogue, « j’ai toujours du mal à faire ce parallélisme, hommes et femmes. Je ne saurais donner une réponse satisfaisante à la question. J’admire beaucoup les femmes. Je suis surtout une femme qui croit en Dieu, à la grâce qui découle du travail bien fait et à la Fraternité entre les hommes ».

Meghan Markle “irrespectueuse” : son père Thomas Markle la tacle violemment

Top 10 des aliments qu’il ne faut pas mettre au frigo