Henry Rotich s’est rendu à la police kényane après que le procureur général a ordonné son arrestation sur la base d’allégations de corruption.

M. Roctich doit comparaître devant la Direction des investigations criminelles pour être interrogé sur des paiements liés à la construction de deux barrages au Kenya.



Il est accusé d’avoir violé les règles de passation de marchés en attribuant à une société italienne un contrat de plus de 450 millions de dollars US pour la construction des barrages.

Lire aussi Afrique du Sud : traité en « accusé », Jacob Zuma ne veut plus coopérer à l’enquête sur la corruption

Rotich avait nié les accusations lorsque la presse kényane a révélé l’affaire en mars dernier.

CMC de Ravenna, la société italienne qui aurait bénéficié des marchés, a également démenti les accusations.

Il y aurait eu un montant supplémentaire de 170 millions de dollars US sur la somme prévue dans le contrat initial d’attribution du chantier.

“Il est établi que la conception, l’approvisionnement et le processus de paiement en vue de la construction des barrages sont entachés d’irrégularités massives”, a dit Noordin Haji, l’un des enquêteurs.

Lire aussi Nigeria : bonne nouvelle pour un soldat qui retourne un colis bourré d’argent liquide

Il a ordonné l’arrestation de plus de 20 autres personnes, dont de hauts fonctionnaires kényans et des responsables de la société CMC de Ravenna.

Avec BBC Afrique

Miss Togo 2019