Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

>

La BAD au secours des ouvrages de la côte togolaise

Facebook
Twitter
WhatsApp

La BAD au secours des ouvrages de la côte togolaiseDans le cadre de la préparation du projet de réhabilitation de la route Lomé-Cotonou et de la protection de la côte togolaise en proie à l’érosion, une mission de la BAD a séjourné au Togo du mardi 14 à ce mercredi 23 mars 2016 sous la conduite de Madame Lydie Ehouman, Économiste principale des Transports.

L’objectif de cette mission de la BAD est de finaliser les modalités techniques et financières du projet de réhabilitation de la route Lomé-Cotonou et d’étudier l’appui à apporter au Gouvernement togolais dans la lutte contre l’érosion côtière.

Cette mission s’inscrit dans un contexte où le Chef de l’État Faure Gnassingbé a appelé les partenaires du Togo, notamment la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD), qui interviennent sur le projet de réhabilitation du corridor Abidjan- Lagos à inscrire également au rang des priorités, le problème de l’érosion côtière en l’occurrence, lors de son passage à la tribune des Nations unies le 1er décembre dernier lors de la COP 21.

Au cours de cette mission, la délégation a rencontré les populations des préfectures du Golfe et des Lacs exposées aux conséquences de l’érosion côtière, dans le cadre d’une large concertation des acteurs concernés et écouté leurs doléances.

Des réunions techniques sont inscrites à l’agenda de la délégation pour actualiser les quantités et les coûts des ouvrages afin d’optimiser le financement d’une part et plancher sur la question de la protection de l’environnement comme souhaité par le Chef de l’État.

La définition de l’organigramme de la structure de coordination du projet ainsi que les coûts de fonctionnement mettra fin à cette mission.

Notons que dans le cadre du Programme National d’Investissements pour l’Environnement et les Ressources Naturelles (PNIERN), le gouvernement togolais a réalisé des ouvrages de protection du littoral d’Aného pour un montant estimé à 3 milliards de francs CFA.

Le projet a permis la réfection des berges de l’embouchure du Lac-Togo ainsi que la stabilisation du littoral entre Aného et Goumou Kopé à 47km de Lomé.