Le monde du cinéma est soulagé. Un accord a enfin été trouvé entre Canal+, premier financeur du cinéma français, et les organisations professionnelles.


Capitaine Sparrow du film ”Pirate des Caraïbes”, film qui n’échapperait pas au piratage

Les négociations ont été tendues et ardues et ont demandé l’intervention musclée du nouveau ministre de la Culture, Franck Riester.

En gros, Canal + souhaitait un assouplissement de ses contraintes de financement. Le groupe a en partie obtenu satisfaction.

En contrepartie d’efforts financiers maintenus, Canal + a notamment obtenu de pouvoir diffuser les films six mois après leur sortie en salles. Jusque-là, le délai était, au mieux, de dix mois, et le plus souvent d’un an ou un an et demi. L’objectif pour Canal + est de rendre son offre plus attractive et inciter un nombre croissant de personnes à s’abonner.

Lutte contre le piratage

Les délais de la fameuse « chronologie des médias » entre sortie en salles, sortie DVD et diffusion télé sont souvent pointés du doigt par les professionnels du cinéma pour expliquer la hausse du piratage. Canal + espère sans doute dissuader de potentiels clients de regarder les films en streaming illégal grâce à ce délai réduit.