La nouvelle vie discrète du PDG de Renault Nissan, Carlos Ghosn, après sa fuite du Japon

Il y a presque un (1) an, l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, Carlos Ghosn, fuyait le Japon où il était jugé pour des malversations financières présumées. Après la surprise occasionnée et la vague médiatique occasionnée, l’ex-magnat de l’automobile mène une vie rangée au Liban dont il est ressortissant.

Malgré l’insistance de la justice nipponne, pour son extradition, la demande est restée lettre morte puisque le pays du Cèdre n’extrade pas ses citoyens. A l’opposé, M. Ghosn ne pourra sortir de ce petit Etat, moins grand que l’Ile-de-France, puisqu’il fait l’objet d’une demande d’arrestation d’Interpol.

A 66 ans, l’ex-star de Davos, mène une vie discrète et confortable à Beyrouth, où il a retrouvé son élégante villa rose, nichée dans le quartier chic d’Achrafieh, épargnée lors de la dernière explosion au port de Beyrouth.

Pour sa nouvelle vie, il s’entoure d’un cercle restreint d’amis proches, passe beaucoup de temps en famille et avec son épouse Carole. Il s’accorde parfois quelques escapades dans les maisons d’hôte de la montagne libanaise.

« De ma vie d’avant, rien ne me manque (…). Aujourd’hui, je me sens ancré et ça, c’est inestimable », a-t-il préféré souligner dans un entretien au journal libanais L’Orient-Le Jour paru début novembre.

Au cours de cette année qui prend fin, l’une de ses sorties les plus remarquées fut celle lors du dévoilement du partenariat avec une université libanaise sur des programmes de formation pour cadres d’entreprises et entrepreneurs.

Désireux de donner sa part de vérité, le grand patron a publié le mois de novembre dernier Le temps de la vérité, un livre co-écrit avec le journaliste Philippe Riès, pour donner sa version longue de sa saga. En préparation, un document sur son parcours est annoncé pour 2021.

Plus d'articles
Somalie : les soldats américains plient bagages