La pandémie a accéléré la croissance des jeux d’argent en ligne

Les jeux tels que les jeux de hasard et les loteries sont le segment qui continue à être le plus important. Les casinos sont confiants dans la reprise. L’entrée d’un plus grand nombre d’acteurs sur le marché, les grandes avancées en matière de réglementation et le développement de solutions technologiques, qui s’est accéléré pendant la pandémie, sont quelques-unes des raisons de l’augmentation soutenue du segment des jeux d’argent en ligne en France, et plus généralement dans le monde.

Un essor dû en partie à la pandémie

Cependant, la croissance des jeux d’argent en ligne n’est pas nouvelle et se prépare depuis bien avant le début de la pandémie.Son format novateur a permis de dynamiser l’industrie du jeu, qui a été fortement touchée par la fermeture d’établissements tels que les casinos et les machines à sous pendant les quarantaines.

Depuis 2017, L’industrie des jeux en ligne ne cesse de croître chaque année. L’année dernière, en 2020, elle a atteint 106 000 millions de dollars et seulement au premier semestre de cette année, elle a déjà dépassé 87 000 millions de dollars. Cette année, elle sera proche de 180 000 millions.

Chiffres et perspectives

 

Toutefois, malgré la grande croissance de ce segment, celui qui est à la tête du secteur des jeux et paris reste le segment des paris permanents, comme les jeux de grattage et les loteries.

Selon les calculs de l’ANJ, en 2019, avant le début de la pandémie, les paris permanents dans le monde, ainsi que les droits d’exploitation, plus les prix et la TVA non perçus, ont laissé au système fiscal près de mille milliards de dollars.

En 2020, et en conséquence de l’impact de la COVID-9, ces contributions ont été considérablement réduites à 700 milliards de dollars. Toutefois, l’Autorité national des jeux estime que cette année retrouvera les taux et les niveaux de 2019, voire les dépassera.

Le jeu dans son ensemble, quel que soient les types of jeux d’argent en ligne, avec le paiement des impôts sur le revenu, les droits d’exploitation, la TVA et le reste, devrait encore contribuer à la nation cette année.

En outre, la réactivation économique stimulera la reprise des jeux localisés tels que les casinos, les machines à sous, les bingos, les tables de jeu, entre autres, qui ont enregistré l’année dernière une variation vraiment dramatique en raison de la pandémie, car ils ont été fermés pendant une longue période. Par conséquent, la réduction des contributions qu’ils apportent à l’État a été considérable.

« Nous sommes raisonnablement optimistes quant au fait que la reprise et la réactivation économiques permettront aux secteurs les plus durement touchés, tels que les jeux localisés, de retrouver leur vigueur. Nous espérons que le second semestre ne connaîtra pas de difficultés dues à de nouveaux variants et à davantage de fermetures en raison des confinements. Si les conditions sont normales, nous nous attendons à clôturer l’année avec une tendance à la croissance et, dans ce sens, les perspectives sont positives. Nous attendons beaucoup du régulateur pour mettre en œuvre de nouvelles modalités de jeu et pour générer des alternatives pour les propriétaires de jeux localisés afin de présenter d’autres formats de jeu supplémentaires. Les autres segments du secteur, qui ont trait aux paris permanents, atteignent des niveaux pré-pandémiques et nous pensons donc que leur situation cette année sera très favorable » confie l’un des responsables du secteur, qui a souhaité rester anonyme, au journal Les Échos.

L’arrivée des sociétés de jeux en ligne correspond à la démocratisation des paris, car il y a plus d’alternatives pour tout le monde et les parieurs ont besoin de moins d’investissement, puisqu’il y a des paris à partir de 5dollars.

Plus d'articles
“Tu attends quoi pour l’épouser ?”, Camille Makosso s’attire les foudres des internautes à cause de cette femme