La police a arrêté la star du rap Snoop Dogg et une femme au début de sa vingtaine tôt lundi matin pour usage de narcotiques présumés, a déclaré un responsable de la police.

Snoop Dogg, de son vrai nom Calvin Broadus, a été arrêté à 1 h 25 et relâché près de quatre heures plus tard, a annoncé le sergent de garde Mats Brannlund, de la police d’Ostermalm.

Lire aussi: France/Afrique : cette déclaration de Nathalie Yamb à Sotchi affole la toile (Vidéo)

“Il a été arrêté pour usage de stupéfiants. En Suède, il est illégal de les consommer”, a-t-il déclaré.

«Vous pouvez voir qu’une personne indique avoir utilisé des stupéfiants pour regarder ses yeux ou ses mouvements. La police soupçonnait qu’il avait pris de la drogue. “

Snoop Dogg a joué au Globe Arena de Stockholm et devait jouer contre le Spektrum à Oslo plus tard lundi avec son collègue rappeur Sean “Diddy” Combs dans le cadre d’une tournée européenne commune. L’agence de concerts Atomic Agency, basée à Oslo, a déclaré que Snoop Dogg était en route pour la capitale norvégienne.

Lire aussi: Une hôtesse de l’air forcée d’interrompre des ébats sexuels en plein vol : « Rangez votre pén*s maintenant »

Les représentants des médias pour le rappeur n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

Brannlund a déclaré que la police avait prélevé des échantillons de corps auprès de Snoop Dogg et de la femme et les avait envoyés à un laboratoire pour des tests. Les résultats sont attendus dans deux à trois semaines et le rappeur pourrait être condamné à une amende si les tests confirment la consommation de drogue.

Ces amendes sont soumises à des conditions de ressources et «s’il gagne beaucoup, il peut s’élever à quelques milliers de couronnes suédoises (280 dollars)», a-t-il déclaré.

Lire aussi: Mali/Minusma : décès d’un Casque Bleu togolais

La police a déclaré que Snoop Dogg et la femme, également étrangère, voyageaient dans une voiture au centre de Stockholm avec une autre personne. Ils n’ont pas révélé le nom de la femme.

Snoop Dogg a été arrêté à Los Angeles en janvier pour détention d’armes meurtrières après que la sécurité de l’aéroport eut découvert ce que la police avait déclaré être une matraque repliable dans ses bagages.

Oyant