Tanko Timati

Les enquêteurs chargés de déterminer les causes du crash du Boeing 737 MAX 8 en Éthiopie ont retrouvé dans les décombres une partie de stabilisateur dans une position inhabituelle similaire à celle d’un même fragment d’un avion de Lion Air qui s’est écrasé l’année dernière, relate Reuters citant deux sources proches du dossier. Les deux accidents aériens ont impliqué des avions Boeing Co 737 MAX qui se sont écrasés, tous les deux, peu après le décollage.

Breaking-Togo 7un Togolais parmi les victimes du crash d’Ethiopian Airlines ce dimanche 10 mars
Le Boeing 737 MAX 8 qui a crashé ce dimanche 10 mars en Éthiopie

La Federal Aviation Administration (FAA) américaine a évoqué mercredi de nouvelles informations recueillies sur le site du crash en Éthiopie, qui a coûté la vie à 157 personnes. L’organisation n’a pourtant pas rendu publics les détails de ses conclusions concernant le crash.

La position d’assiette du stabilisateur, qui déplace la queue horizontale du jet, pourrait aider à déterminer s’il a été mis en piqué pour une plongée abrupte, explique Reuters.

Les deux sources interrogées par l’agence et qui ont requis l’anonymat, ont indiqué qu’une partie du stabilisateur retrouvé dans l’épave éthiopienne se trouvait dans une position inhabituelle similaire à celle du stabilisateur de l’avion Lion Air.

Lire aussi Côte d’Ivoire : les conseils de Simone Gbagbo aux Ivoiriens

Notons que e 10 mars, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, avec à son bord 157 personnes, s’est écrasé au sud-est d’Addis-Abeba, sans laisser de survivants. D’après le contrôleur aérien Flightradar24, la « vitesse verticale de l’avion était instable après le décollage ».

En octobre dernier, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air s’était aussi abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes.