La prospérité en partage

La prospérité en partageLes experts de la Zone d’Alliance de Coprospérité (ZACOP) sont en réunion à Lomé depuis ce mardi pour définir les contours du processus de création et d’opérationnalisation du fonds de solidarité et d’appui au sein de l’alliance.
Ces experts venus des pays membres de la zone (Benin, Ghana, Nigeria et le Togo), veulent à terme, mettre sur pied une diplomatie de proximité dans l’intérêt de leur population à travers la coopération public-privé pour ainsi appuyer la réalisation des projets dans les Etats sur plusieurs plans.
Pour Fataï Adeyemi, Secrétaire Exécutif de la ZACOP, grâce à la diplomatie de proximité beaucoup de problèmes peuvent se régler au rang desquels ceux liés à la libre circulation des biens et des personnes et à la sécurité transfrontalière.
Pour le Secrétaire Exécutif Adjoint, Agba Essowèdewou, le démarrage des activités de la ZACOP fait suite au sommet de Kara en 2009. En prenant l’exemple de la CEDEAO qui a mis en place la BIDC pour soutenir ses actions et projets, les Etats membres de notre zone, veulent aussi mettre en place ce fonds pour financer les activités de l’espace sur les plans de l’agriculture, de l’approvisionnement et d’eau potable.
La création de la ZACOP est une émanation de la vision des Chefs d’Etats et gouvernements de la CEDEAO à l’issue de la 22ème session tenue en décembre 1999 à Lomé. Elle prônait l’accélération du processus d’intégration au sein de la communauté par la signature d’accords de coopération, de solidarité et de complémentarité.
Après la formalisation de ce fonds à Lomé, les ministres des états membres donneront une existence réelle au fond.
La réunion prendra fin ce mercredi.

Plus d'articles
Portrait de Claude Piessou, boursier du PEJ, Université du Cap (Afrique du Sud)