L’Afrique à l’ère du solaire

lafrique-a-lere-du-solaireLe paradoxe entre l’ensoleillement en Afrique et le nombre de dispositifs de production d’énergie solaire est criard. Les organisations African Energy et la Société africaine des biocarburants et des énergies renouvelables (Saber) veulent changer la donne.

Elles ont organisé une rencontre de formation à l’endroit des acteurs des énergies renouvelables venus de la sous-région ouest-africaine à Lomé cette semaine.

Les participants venus notamment du Niger, du Burkina Faso, du Bénin et du Togo ont été édifiés sur les technologies liées aux batteries, maillon essentiel dans la production d’énergie solaire. Ils ont également été outillés entre autres sur les différents types de batteries, comment les protéger contre la corrosion, les fréquences de charge et la façon de calculer le taux de charges.

Nous sommes partis d’un constat que sur le continent africain il y a beaucoup d’opportunités concernant le développement des énergies renouvelables, mais il y a peu de gens qui sont dans cette dynamique ; même les banques ne sont pas prêtes à aller dans le même sens. D’où l’idée de mettre en place une structure pour pouvoir former les porteurs de ces projets, les aider à avoir des projets banquables, et à avoir des financements, a indiqué Christian Tokoro, Directeur des études et planification de projets à la Saber.

Plus d'articles
Kennedy Round 2021 : Le Togo bénéficie d’un important don du Japon