L’Agence de sécurité du médicament explique qu’une surconsommation de paracétamol mettrait en danger le foie, selon « Le Parisien ».

Il est l’un des médicaments stars des pharmacies, mais il ne faut pas en abuser. Le paracétamol peut être dangereux pour le corps humain, du moins s’il est consommé de façon excessive, alerte l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans les colonnes du Parisien, mardi. Il est à la base notamment du Doliprane, du Fervex ou encore de l’Efferalgan. Mais en consommer trop nuirait à notre foie.



Lire aussi : Tech : Whatsapp sera-t-elle bientôt payante ?

Aussi, l’agence a décidé d’apposer une mention sur les boîtes de paracétamol : « Surdosage = danger. Dépasser la dose peut détruire le foie. » Selon les explications du directeur de l’agence, le docteur Dominique Martin, auprès du quotidien, “il s’agit d’un message majeur. Nous le voulions direct et visible. C’est pourquoi, afin d’être vu par tout le monde, il sera apposé sur la face avant des boîtes. À l’arrière, nous avons opté pour un rappel pédagogique des bonnes pratiques “. Le pictogramme “danger” sera affiché et la mention concernant le surdosage sera écrite en lettres capitales et en rouge.

Environ 200 médicaments à base de paracétamol seront concernés par cette nouvelle réglementation. Les laboratoires disposent de neuf mois pour se conformer aux nouvelles directives de l’agence du médicament, précise le journal. Le directeur de l’organisme n’exclut pas de prendre d’autres mesures, comme un renforcement des conditions de prescriptions, si le danger d’une surconsommation persiste.

Lire aussi : Togo : face aux braquages, les conseils du ministre Yark Damehame aux populations

Selon le professeur Cyrille Ferray, gastro-entérologue et hépatologue à l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif, dans le Val-de-Marne, les risques sur le foie liés à une surconsommation du paracétamol sont très souvent méconnus des populations, et pourtant certaines personnes sont particulièrement exposées. 

C’est le cas notamment des personnes alcooliques ou souffrant de dénutrition. Le patron de l’ANSM insiste : « En surdosage, le paracétamol est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse. » Mais il ne se veut pas alarmiste non plus et martèle dans Le Parisien qu’« avec une consommation normale, il est un médicament sûr et efficace ».

Le paracétamol est très souvent utilisé en automédication et tout individu ne devrait pas dans ce cas dépasser une consommation de 3 grammes par jour, avec des prises espacées d’au moins quatre heures.