L’ambassadeur américain, de retour au Soudan du Sud, brandit de nouvelles sanctions

L’ambassadeur américain au Soudan du Sud, de retour à Juba après avoir été rappelé, a prévenu mercredi que son pays n’hésiterait pas à imposer de nouvelles sanctions si Washington n’est pas satisfait des progrès des discussions pour la formation d’un gouvernement d’union.

Bénin : Patrice Talon a renvoyé l’ambassadeur de l’Union européenne

“Les sanctions sont un des outils dont nous disposons (…), et nous les utiliserons”, a déclaré l’ambassadeur Thomas Hushek au cours d’une conférence de presse à Juba.

Depuis la signature d’un accord de paix en septembre 2018, les combats ont fortement diminué au Soudan du Sud, mais le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar ne parviennent pas à concrétiser certaines dispositions cruciales de l’accord, dont le nombre d’Etats régionaux au sein du pays ainsi que le tracé de leurs frontières.

Soudan : un ambassadeur américain bientôt nommé, une première en 23 ans

Dans ce contexte, la formation d’un gouvernement d’union nationale, initialement prévue en mai, a été reportée une première fois au 12 novembre. Puis un nouveau délai de 100 jours a été accordé aux deux rivaux, lors d’une réunion en Ouganda rassemblant les partenaires régionaux (Kenya, Ouganda et Soudan, notamment).

“Tout au long de ce processus, des dates limites ont été manquées”, a souligné l’ambassadeur, assurant que les Etats-unis “veulent vraiment voir la transition se concrétiser”.

Emmanuel Macron en Afrique : l’avenir du franc CFA en discussion

Face à ces atermoiements, les Etats-unis, un des parrains de l’indépendance du Soudan du Sud, ont perdu patience. Ils avaient rappelé fin novembre leur ambassadeur afin de “réexaminer” leur relation avec le Soudan du Sud et semblent vouloir accentuer la pression sur les protagonistes.

Lundi, ils ont imposé des sanctions financières ciblées aux ministres sud-soudanais de la Défense et des Affaires gouvernementales, accusés de “faire obstacle” au retour de la paix, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, menaçant de “prendre d’autres mesures contre ceux qui veulent prolonger le conflit”.

Avec Africanews

Plus d'articles
Kanye West : cette demande du rappeur en réponse à la demande de divorce de Kim Kardashian