in

Lancement du Projet de développement et de gouvernance minière

Mine de bauxite à Kamsar, image illustrative
Mine de bauxite à Kamsar, image illustrative
Mine de bauxite à Kamsar, image illustrative

Les terres d’habitations ou agricoles ne sont pas les seules à souffrir du phénomène de doubles ventes ou de doubles attributions, celles des zones minières sont également concernées. Si les mécanismes sont en voie d’élaboration pour éradiquer ce phénomène pour les premiers cas, le second pourrait aussi trouver solution à travers le Projet de développement et de gouvernance minière (PDGM) lancé ce mardi 9 août à Lomé.

Le secteur minier étant un secteur à fort potentiel de croissance, mais confronté à la chute des cours mondiaux des matières premières, il s’avère nécessaire de faire preuve de stratégie innovante de gouvernance prenant en compte la transparence et la protection de l’environnement afin d’attirer davantage d’investisseurs. Et c’est justement là, la quintessence de ce projet qui se déroulera sur cinq ans.

Pour Marcel Sogue, Coordonnateur dudit projet, « L’objectif est d’appuyer les institutions de l’État qui opèrent dans le domaine, en l’occurrence des industries extractives pour renforcer leur capacité d’action. Il permettra de mettre à la disposition des promoteurs, une base de données géologiques et minières du pays et accessible avec un cadastre minier moderne qui est un système moderne des titres miniers. Des éléments qui inspirent la confiance. »



Saham Ad

Le BEM de Dakar ouvre ses portes aux étudiants togolais

L’ANCE vole au secours des faux tecks