in ,

LdN : la France arrache une victoire face à la Croatie

Le score n’est pas le même qu’en septembre (4-2 pour la France), l’adversité a rappelé qu’elle n’était plus au niveau d’un finaliste de Coupe du monde, mais cette rencontre Croatie-France (1-2) n’en est pas moins restée un bon moment de football, trois jours après le match soporifique livré face au Portugal (0-0).

Dans le même schéma, avec toujours Griezmann en pointe du losange, mais sans Kanté, les joueurs de Didier Deschamps ont délivré une prestation scindée en deux temps : consistants et dominateurs en première période, logiquement devant à la marque, les champions du monde ont ensuite souffert après la pause, parvenant tout de même à s’agripper à la victoire. Les Bleus auraient pourtant pu – dû ? – s’éviter toute frayeur en faisant preuve de davantage d’efficacité en première période.

Car si Griezmann a rapidement ouvert le score (8e, voir ci-dessous), ils ont ensuite très mal joué un contre en supériorité numérique (12e), Mbappé a manqué le cadre dans une position parfaite en ouvrant trop son pied-droit (15e), Martial aurait pu bénéficier d’un penalty (19e), et Lenglet a vu le cadre se dérober de peu sur une reprise de la tête (45e). Certes, Lloris s’était magnifiquement interposé entre-temps devant Pasalic (30e), mais les Bleus méritaient leur avance.

Et puis la France s’est arrêtée de jouer pendant un très long moment, le rapport de force a basculé, la Croatie a mérité d’égaliser par Vlasic d’un subtil extérieur du droit (1-1, 64e), et les Bleus ont dû repartir de plus belle pour aller chercher ces trois points si importants dans ce groupe 3 de la Ligue des nations. Après une grosse occasion de Pogba (76e), Mbappé a parfaitement repris un centre de Digne pour redonner l’avantage aux Bleus (2-1, 79e).

Oui, la France a tremblé jusqu’au bout, et s’en est encore remise à deux reprises à Hugo Lloris, mais elle a assuré l’essentiel. En remportant cette rencontre, elle s’est offert une finale de choix le 14 novembre prochain face au Portugal de Cristiano Ronaldo.

Sa prestation face au Portugal avait été critiquée, son positionnement aussi, et Antoine Griezmann a répondu, au moins en partie, ce mercredi soir. De nouveau placé en soutien de deux attaquants (Mbappé et cette fois Martial), le Barcelonais n’a, certes, pas su peser en intégralité sur la partie, comme en témoignent ses 37 ballons touchés à l’heure de jeu, avant les premiers changements, soit le deuxième moins bon total pour un joueur de champ (Martial en avait touché 35).

Mais il a rappelé qu’il pouvait, à tout moment, marquer, justifiant ainsi la confiance accordée par Didier Deschamps. Après un mauvais renvoi de la défense croate, survenu après un centre de Ferland Mendy du côté droit, le ballon est revenu sur l’attaquant français. D’un tir puissant du gauche, le joueur du Barça a envoyé un missile, en plaçant le ballon sous la barre transversale d’un Livakovic impuissant, et lancé la France sur la voie du succès (0-1).

source : lequipe.fr




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Togo / Coronavirus : 1 nouveau décès ce mercredi 14 octobre

France : Jean Castex taclé sur son style vestimentaire