Le Quai d’Orsay a actualisé sa carte de conseils aux voyageurs sur le Burkina et désormais la zone rouge (formellement déconseillée) reste la même, couvrant tout le Nord, l’Est et les frontières ouest alors que le reste du pays est désormais orange (déconseillé sauf raison impérative). Il y a encore quelques jours, le centre du pays et la capitale étaient en jaune (vigilance renforcée).

Le pilote renverse du café sur le tableau de bord, l’avion atterrit en urgence



La détérioration sécuritaire au Sahel est très préoccupante. L’épicentre de l’insécurité était auparavant au Mali, aujourd’hui le Burkina Faso est désormais au centre du conflit.

Les attaques attribuées aux groupes jihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda, d’autres au mouvement Etat islamique, ont fait près de 700 morts depuis début 2015, selon un comptage de l’AFP, et environ 500.000 déplacés internes et réfugiés, selon l’ONU.

Togo : les députés en séance plénière à l’Assemblée nationale ce jeudi

Depuis le début de l’année, le nombre de déplacés internes a augmenté en flèche. Rien qu’entre juillet et septembre, leur nombre est passé de 280.000 à 485.000, a-t-il rappelé, pointant que la situation s’est particulièrement dégradée dans la province du Soum (nord du Burkina, à la frontière avec le Mali), où des groupes armés prennent progressivement le contrôle territorial de la zone.