Le corridor Abidjan-Lagos en voie de mise en œuvre

Ninsao Gnofam, ministre togolais en charge des Infrastructures
Ninsao Gnofam, ministre togolais en charge des Infrastructures

Le traité relatif au Corridor Abidjan- Lagos a été adopté ce lundi 20 juin par l’Assemblée nationale. Par cette adoption, la loi relative à ce traité pourra être désormais ratifiée par le Togo et permettra la mise en place dudit corridor.

L’initiative de ce traité est issue du 44e Sommet des chefs d’États et de gouvernements de la CEDEAO de mars 2014 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire.

 Le corridor dont la mise en place vient d’être acceptée par les parlementaires togolais, devra permettre de créer un partenariat de développement entre les cinq pays grâce à la libre circulation des biens et des personnes sur le cordon reliant 5 capitales.

Il relie les cinq pays côtiers que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria.

Selon les termes du traité, les pays concernés devront construire une autoroute à six voies à chaussées séparées.

 Ceci leur permettra de participer plus efficacement aux actions collectives en faveur du développement d’une infrastructure intégrée. Ils devront élaborer un système de transit économique sûr et durable au plan environnemental, ainsi qu’au développement du transport, de la télécommunication et du tourisme dans la région.

 Le traité permettra, également, de bénéficier de l’assistance technique de la CEDEAO et de ses institutions, notamment en matière de renforcement des capacités des cadres togolais chargés du transport, de la télécommunication, du tourisme et de l’énergie.

Ladite loi autorisant la ratification du traité a été votée à l’unanimité par les députés. Par cet acte, le gouvernement peut désormais tenir ses engagements dans ce projet.

Plus d'articles
Mercato / Real Madrid : ces clubs s’intéressent à James Rodriguez