Le Fnfi se porte bien, mais…

le-fnfi-se-porte-bien-mais‘Le Fnfi se porte bien !’, a déclaré Yves Gnaba, Directeur général du Fonds national de la finance inclusive (Fnfi) au cours d’une rencontre avec la presse ce mercredi 30 novembre.

En effet, lancé en 2014, ce Fonds, à l’initiative du Gouvernement togolais et censé améliorer l’inclusion financière des couches vulnérables, a atteint plus de 700.000 personnes, selon les chiffres de fin du mois d’octobre dernier. Il dispose à ce jour de trois produits notamment l’Apsef (Accès des pauvres aux services financiers), l’Ajsef (Accès des jeunes aux services financiers) et l’Agrisef (Accès des agriculteurs aux services financiers).

Selon le Directeur de l’institution, sur les trois années d’opérationnalisation, le Fnfi totalise en termes de ressources mises à la disposition des institutions de micro-finances partenaires, plus de 25,5 milliards de FCFA, comme fonds de crédit ; et un nombre de renouvellement de crédit s’élevant à plus de 400.000 personnes.

Si globalement, les chiffres sont bons, des points d’ombre subsistent.  En termes de remboursement, poursuit-il, ‘le remboursement se passe globalement bien, mais la situation est mitigée’.

‘En 2015, le taux de remboursement a été relativement plus bas du fait de l’introduction de deux nouveaux produits beaucoup plus complexes. Le produit Agrisef lié à des conditions climatiques, ce qui ne justifie pas les difficultés de remboursement ; et le second, le produit Ajsef lié à des jeunes dont le remboursement est fonction de leur bonne foi’, a-t-il fait savoir.

Bien que le taux de remboursement pour l’année 2016 soit autour de 90 %, nette amélioration par rapport à 2015, le Fnfi compte faire davantage. Et pour cela, il compte améliorer la qualité de ses services avec un accent particulier  sur le professionnalisme et le suivi des crédits.

Plus d'articles
Booba : une élève cite le rappeur à son bac de philo et obtient une bonne note