Le Kényan Peter Tabichi sacré meilleur enseignant du monde

C’est pour son action en faveur des élèves les plus défavorisés que, à  36 ans, ce professeur de mathématiques et de physique s’est vu décerner le Global Teacher Prize, une distinction agrémentée d’un million de dollars.

Originaire d’une région rurale du Kenya, Peter Tabichi a la particularité de verser la majeure partie de son salaire pour aider les élèves les plus pauvres. Inutile de dire qu’il sait déjà ce qu’il va faire avec le million de dollars qui lui a été remis ce samedi 23 mars pour agrémenter son prix du Meilleur enseignant du monde décerné lors d’une cérémonie à Dubaï animée par l’acteur Hugh Jackman.

Pour la petite histoire, le Global Teacher Prize est un concours créé par la fondation Varkey, du nom d’une famille indienne installée depuis les années 1950 à Dubaï, dans les Émirats arabes unis. Elle y a fait fortune en créant des réseaux d’écoles privées, d’abord destinées aux enfants des expatriés occidentaux ou du sous-continent indien, venus dans le Golfe après le boom pétrolier.

Pour ce qui concerne Peter Tabichi, enseignant engagé s’il en est, il figurait parmi 10 finalistes de diverses nationalités sélectionnés pour cette 5e édition annuelle de ce concours international dont l’objectif est de valoriser le métier d’enseignant.

Un engagement fort

Professeur en sciences à l’école secondaire de Keriko dans le village de Pwani, dans une partie reculée de la vallée du Rift au Kenya, Peter Tabichi est membre de l’ordre religieux des Franciscains. Et sa solution pour aider les élèves les plus démunis de cette école surpeuplée et mal équipée, c’est de verser 80 % de son salaire. De quoi leur permettre de se payer des uniformes et des livres.

« Je suis ici uniquement grâce à ce qu’ont accompli mes élèves », a déclaré Peter Tabichi en recevant son prix. « Ce prix leur donne une chance. Il dit au monde qu’ils peuvent tout faire », a ajouté l’enseignant qui, auparavant, travaillait dans une institution mieux équipée et ultra-moderne.

Un confort qu’il a quitté pour se rapprocher des plus démunis. Caractéristiques de son cadre de travail : plus de 90 % des élèves sont issus de familles pauvres et près du tiers sont orphelins ou ont un seul parent. La toxicomanie, les grossesses et l’abandon scolaire précoce, les mariages forcés sont courants dans cette région.

Le Kényan Peter Tabichi sacré meilleur enseignant du monde
Peter Tabichi à la cérémonie de remise de prix

Les élèves doivent parcourir 7 kilomètres sur des routes qui peuvent devenir impraticables pendant la saison des pluies pour se rendre à l’école et la région peut être touchée par la sécheresse et la famine.

Selon le communiqué des organisateurs, c’est « son dévouement, son travail et sa foi dans le talent de ses élèves qui ont permis à son école, dans une zone rurale reculée et avec peu de ressources, de remporter le prix de la meilleure école aux concours nationaux interscolaires de sciences ».

Une forte capacité de mobilisation face aux nombreux défis

Malgré les nombreux obstacles parmi lesquels le faible équipement (un seul ordinateur), et un ratio de 58 élèves par enseignant, Peter Tabichi a créé un « club de développement des talents » ainsi qu’un club des sciences.

Objectif, inciter les élèves à concevoir des projets de recherche. Plusieurs de ses étudiants ont même participé à des compétitions scientifiques internationales et l’un d’eux a remporté un prix de la Royal Society of Chemistry après avoir conçu un projet autour des plantes locales pour produire de l’électricité.

Résultat, le nombre d’inscriptions à l’école a doublé, passant à 400 en trois ans, et les résultats des filles en particulier ont été renforcés. « L’Afrique produira des scientifiques, des ingénieurs, des entrepreneurs dont les noms seront un jour célèbres dans le monde entier. Et les filles joueront un rôle important dans cette histoire », a déclaré le professeur kenyan en recevant son prix.

« Je pense que la science et la technologie peuvent jouer un rôle de premier plan pour libérer le potentiel de l’Afrique. C’est le matin en Afrique. Les cieux sont clairs. C’est l’heure de l’Afrique », a ajouté le professeur, dont le père et plusieurs cousins sont aussi enseignants.

Pour le directeur de l’école Daniel Mwariri, « Peter Tabichi est cet enseignant de choix qui est désintéressé et qui consacre presque tout à l’avenir de l’école. Nous ressentons déjà les effets de ce changement. Être le seul Africain à avoir atteint ce stade est une histoire qui mérite d’être reconnue », a-t-il déclaré, cité par la presse locale.

De son côté, le président Uhuru Kenyatta a félicité le lauréat dans une vidéo diffusée lors de la cérémonie. « Votre histoire est celle de l’Afrique, un jeune continent plein de talent », a indiqué le chef de l’État kényan. De quoi renforcer la foi dans l’avenir d’une Afrique en pleine mutation malgré les défis de taille qu’elle doit surmonter.

Avec Le Point

Plus d'articles
Village Tabaski, vitrine de messages de paix