in

Le Mexique pleure ses disparus à travers une grande marche

Dans le cadre de la journée internationale des victimes de disparitions forcées, une nouvelle marche est organisée ce vendredi 30 août 2019 dans les rues de Mexico pour exiger davantage d’actions de la part du président Andres Manuel Lopez Obrador («AMLO»), qui avait fait de l’élucidation de ces disparitions une promesse de campagne. Ils sont plus de 40.000 à ne plus donner signe de vie, la grande majorité d’entre eux probablement tués par les tout-puissants cartels de la drogue.

Bien que depuis le 17 novembre 2017, l’entrée en vigueur de la loi générale sur la disparition forcée des personnes ait été suivie par la création en 2018 d’une commission de recherche nationale et de commissions locales, les résultats tardent. À ce jour, seules 25 commissions locales ont été créées, et 10 d’entre elles existaient déjà avant qu’AMLO n’arrive au pouvoir. Toutes manquent d’argent et toutes manquent de personnel. Karla Quintana Osuna, la présidente de la commission nationale, le reconnaît : «La grande majorité d’entre elles n’ont qu’un seul titulaire».

Lire aussi: Japon : incendie au siège de Toyota

« C’est une honte pour l’État mexicain », s’insurge Mario Verara Hernández de l’association The Other Disappeared, dont les membres recherchent leurs proches depuis 2014, dans le journal ejoentral. « Ils ont de l’argent, des gens, de la technologie, ils ont tout. notre santé disparaît, nos économies disparaissent, notre sécurité disparaît ». notre santé disparaît, nos économies disparaissent, notre sécurité disparaît ».

Le chiffre de 40.000 semble pourtant en deça de la réalité, selon des associations qui avancent le chiffre de 200.000 disparus. À ces disparus, il faut ajouter les 26.000 corps qui attendent toujours d’être identifiés dans les morgues de la police. Antonino de Leo, représentant au Mexique de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC), a même fait part le 23 août dernier à des proches de personnes disparues, des difficultés d’embraser l’ampleur de la tragédie.

Lire aussi:Accord d’Alger au Mali : l’ONU prolonge d’un an son régime de sanctions

Ces dernières années ont été ponctuées par les découvertes des charniers où les cartels enterrent leurs victimes. Depuis 2007 et le début de la guerre contre le trafic de drogue déclarée par l’ancien président Felipe Calderon, 1100 fosses ont été révélées. Le crime organisé continue de frapper et malgré les promesses de la classe politique mexicaine, les meurtres sont plus nombreux que jamais.

En 2018, les autorités recensaient 33.341 homicides volontaires. C’est le bilan le plus élevé depuis les premières statistiques enregistrées en 1997. Le crime organisé s’attaque aux membres de gangs rivaux, mais aussi aux migrants venant d’Amérique centrale, faibles, exposés et transportant parfois toutes leurs économies.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Le mari de la star togolaise Tina Kunakey victime d’un accident

Obsèques de DJ Arafat : les USA déconseillent à ses ressortissants les sites de la cérémonie