Le New York Times révèle les auteurs du récent piratage massif de Twitter

Un groupe de jeunes britanniques et américains est responsable du piratage massif qui a visé les comptes Twitter de personnalités et d’entreprises dont Barack Obama, Elon Musk, Joe Biden, Apple et Uber, indique le New York Times.

Etats-Unis : plusieurs dirigeants de Red Bull virés pour une carte du monde jugée raciste

Les hackers seraient entrés en relation quelques jours avant le lancement de l’opération. Selon eux, ils ont été contactés par un individu répondant au pseudonyme de Kirk qui leur a proposé de collaborer puis de partager le butin des transactions réalisées.

Comme l’indique le journal, Kirk a affirmé travailler au sein de Twitter et avoir accès aux comptes de ses utilisateurs, alors que les autres malfrats étaient déjà réputés sur le site de piratage OGusers.com, spécialisé dans la vente de comptes volés.

Interrogé par le New York Times via l’intermédiaire du spécialiste en cybersécurité Haseeb Awan, quatre d’entre eux ont déclaré ne rien savoir sur l’organisateur, Kirk prenant le contrôle des comptes ciblés et extorquant les cryptomonnaies.

Il s’est révélé que celui-ci avait accès à de nombreuses options de gestion de Twitter. Il pouvait rapidement changer les paramètres de sécurité pour tout utilisateur et envoyer des photos montrant les modifications effectuées dans le système interne du réseau social pour prouver ses compétences, poursuit le quotidien.

Cette catégorie de personnes ne peut être vaccinée contre le Covid-19

Avant cette attaque, il n’était pas vraiment connu dans le milieu du piratage informatique, précisent-ils au média. Ceux qui ont travaillé avec lui affirment toujours ignorer son identité. Leur communication se déroulait via la messagerie Discord où le compte de Kirk n’avait été créé que le 7 juillet, un peu plus d’une semaine avant les faits.

L’un des hackers n’a pas révélé son identité mais a déclaré habiter aux États-Unis et avoir environ 20 ans. Un autre a confié avoir 19 ans et vivre au Royaume-Uni avec sa mère.

Après l’opération Kirk a cessé de répondre à ses intermédiaires et a disparu, a souligné le New York Times.

Twitter a confirmé que les hackers avaient « manipulé avec succès un petit nombre d’employés ».

Une bactérie « mangeuse de métal » découverte par accident par des chercheurs américains

Au total, ils ont visé 130 comptes et ont réussi à en pirater 45 grâce à des « outils uniquement accessibles aux équipes de soutien interne ». L’attaque est survenue dans la nuit du 15 au 16 juillet. Des messages postés sur les comptes concernés invitaient les utilisateurs à faire parvenir des bitcoins à des adresses spécifiques pour obtenir en échange le double des montants transférés. Les messages ont été plus tard effacés.

Avec Sputnik.

Plus d'articles
Côte d’Ivoire : un convoi de fonds attaqué ; 1 mort et plus de 300 millions de F CFA emportés (photo)