Le Président kosovar accusé de crimes de guerre par la justice internationale

Le procureur du tribunal spécial pour le Kosovo a accusé mercredi le Président kosovar Hashim Thaci, l’ex-chef de la guérilla indépendantiste, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité présumés dans le cadre du conflit contre la Serbie à la fin des années 90.

Amel Bent : son mari sera jugé juste après la finale de The Voice

Hashim Thaci est notamment accusé de « meurtres, disparition forcée de personnes, persécutions et tortures », a déclaré le tribunal qui siège à La Haye.

Un juge « examine actuellement l’acte d’accusation pour décider s’il convient de confirmer les charges », procédure qui pourrait mener à une inculpation en bonne et due forme.

Thaci a « interrompu » son voyage à Washington où il était attendu à un sommet prévu pour samedi avec la Serbie et sera de retour au Kosovo jeudi, a annoncé son cabinet.

D’après un journaliste de la chaîne de télévision albanaise Top Channel qui l’a interviewé à l’aéroport de Tirana avant l’annonce de sa mise en accusation, le chef de l’Etat kosovar avait pris le mercredi après-midi un avion pour Francfort en route pour Washington.

L’émissaire américain Richard Grenell a précisé que « les discussions de samedi » à la Maison Blanche, qui visent à relancer le dialogue de paix gelé depuis fin 2018, étaient maintenues, mais uniquement entre le Président serbe Aleksandar Vucic et le Premier ministre kosovar Avdullah Hoti.

Créé en 2015, le tribunal spécial pour le Kosovo est chargé d’enquêter sur les crimes présumés commis par la guérilla indépendantiste kosovare albanaise (UCK), principalement à l’encontre des Serbes, des Roms et des opposants albanais à la guérilla pendant et après le conflit de 1998-99.

Président du Kosovo depuis 2016, Thaci fait l’objet de 10 chefs d’accusation émis le 24 avril et rendus publics mercredi.

Ces accusations concernent également Kadri Veseli, l’ex-patron du renseignement de la guérilla et actuel dirigeant du Parti démocratique du Kosovo (PDK), ainsi que « d’autres personnes ». D’après l’acte d’accusation, « Hashim Thaci, Kadri Veseli et les autres suspects accusés sont pénalement responsables de près de 100 meurtres ».

Financement de Sarkozy par Kadhafi : l’ex-président français devant les juges

Veseli a rejeté ces accusations devant la presse. « La déclaration du procureur est une nouvelle tentative de réécrire l’histoire », a-t-il affirmé, l’accusant de motivations « politiques ».

Le tribunal « a commis une erreur » en rendant public l’acte d’accusation juste avant le sommet de Washington, a estimé Hysni Gucati, président de l’association des anciens combattants du Kosovo.

Plus d'articles
Tchad / Présidentielle : le gouvernement interdit des manifestations