in ,

Le prix du bitcoin s’élève à plus de 19 000 dollars

Pour la première fois depuis janvier 2018, le bitcoin est repassé au-dessus de la barre des 19 000 dollars. Alors qu’elle s’échangeait à la fin octobre à 14 000 dollars, ce mardi 1er décembre, la plus populaire des crypto-monnaies a gagné 3% pour s’afficher à 19 832 dollars. En pleine incertitude dans les élections américaines, cette hausse emporte avec elle les paliers psychologiques.

La course au bitcoin

Revenue à un niveau jamais enregistré depuis 2017, la monnaie créée par Satoshi Nakamoto n’en est pas encore et de loin à son record à 20 000 dollars. Nous n’avons pas d’explication précise quant à cette nouvelle hausse, hormis les annonces de Paypal. En effet, la société a fait part de la possibilité d’acquérir des bitcoins sur sa plateforme, ainsi que de faire des achats et des ventes via cette monnaie.

Katie Stockton, analyste technique, avait présenté la barre des 14 000 dollars comme un palier de résistance, au-delà duquel plus rien ne pourrait empêcher le bitcoin d’atteindre les 20 000 dollars. Ce palier a été atteint le 4 novembre. Avec une valeur d’échange de 15 000 dollars dès le lendemain, la tendance semblait dès le début confirmer les prédictions de l’analyste.

Les marchés boursiers

Le bitcoin, autrefois décrié par les acteurs des marchés boursiers, arrive aujourd’hui sur le devant de la scène. L’actualité montre qu’il tend à s’imposer comme une valeur refuge à ne pas négliger. Nous en voulons pour preuve l’investissement en avril de cette année par Paul Tudor Jones, investisseur de Wall Street, de 1% de ses actifs en contrat à terme sur la reine des crypto-monnaies. Cette semaine, c’est Stanley Druckenmiller qui a déclaré détenir des bitcoins, apportant encore un peu plus de crédibilité à cette valeur refuge numérique.



Katie Stockton explique ce nouvel engouement par un besoin de diversification. De plus, la tendance haussière de cet actif crée un intérêt, plaçant le bitcoin en valeur refuge avec un potentiel en forte augmentation. Dans le même temps, cette hausse fait craindre aux investisseurs une erreur stratégique en loupant un palier décisif.

Les monnaies sont vendues par les mineurs en dehors des marchés. Les gros acheteurs négocient les prix sur des volumes conséquents, à des valeurs inférieures à ce que les particuliers peuvent prétendre sur les places boursières.

Cette course lancée dans le monde des affaires va s’accélérer de façon importante en 2020 en tarissant l’offre. Avec en conséquence, une augmentation des valeurs à terme et au comptant.

La valeur du bitcoin

Mais pourquoi le bitcoin génère-t-il une telle attractivité ? En tout premier lieu, le bitcoin est rare, c’est une monnaie numérique dont le nombre d’entités est limité par l’algorithme qui la génère. Étant fini, le bitcoin peut donc avoir une équivalence monétaire.

À l’heure actuelle, les mineurs calculent, en moyenne, selon la difficulté, 900 bitcoins par jour, qui viennent s’ajouter aux 18,5 millions déjà accumulés. Entre le début et le milieu de l’année 2024, un “halving” va avoir lieu, c’est-à-dire une diminution de moitié des bitcoins pouvant être générés, partant la moyenne journalière à 450. Cette division par 2 a lieu environ tous les 4 ans, avec pour conséquence une raréfaction des nouveaux bitcoins, jusqu’à la fin du minage lorsque les 21 millions auront été atteints.

Le bitcoin est un actif de spéculation qui offre un moyen de diversification de l’épargne. En 2020, les politiques gouvernementales des grandes puissances et des différentes banques centrales, la FED en tête, ont fait tourner les planches à billets pour sauver l’économie.

Bien entendu, cet argent n’a pas seulement servi à conserver des emplois, il a aussi alimenté les places boursières. Les premières à en avoir profité sont les grandes entreprises de la Tech. Par un mécanisme de division des actions, ces dernières ont tenté de tirer encore plus profit de cette manne.

Cet opportunisme n’est pas du goût de tous les investisseurs. Les caractéristiques même du bitcoin en font une entité rare. Il est aussi peu cher à conserver avec des transactions rapides et sûres, contrairement à d’autres possibilités tel que l’or. Tout ceci en fait une valeur refuge de premier choix.

Enfin, il semble, d’après une étude de marché Messari, que le bitcoin soit moins touché que les autres actifs lors de la reprise de confiance dans les monnaies tel que le dollars.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Neymar raconte son inoubliable rencontre avec Maradona

James Bond : le célèbre pistolet de l’acteur dans le premier film vendu