Le témoignage poignant de Judith Chemla sur les violences conjugales qu’elle a subies

Ce mercredi 6 juillet, l’actrice Judith Chemla a raconté une partie de son histoire personnelle sur France inter après s’être confiée sur les réseaux sociaux.

En effet, en début de semaine, la comédienne avait expliqué sur Instagram avec des photos à l’appui ce qu’elle subissait dans son foyer.

‘Il y a un an, mon visage a été blessé. Je me suis vue déformée. Il y a un an, j’ai regardé mon visage dans la glace et j’ai su que je ne pourrai plus me voiler la face. Ceux qui sont capables de faire ça, il faut qu’ils soient hors d’état de nuire, a-t-elle écrit.

Dans son post, l’actrice accuse son ex-compagnon, condamné à 8 mois de prison avec sursis pour violences conjugales, d’exercer encore des pressions. 

 “Malgré une peine de prison, il continue à penser qu’il est une victime. Je voulais lui laisser une chance en tant que père, en tant qu’homme, en tant qu’artiste. Il a bousillé ces chances les unes après les autres”.

Selon l’actrice, elle n’était pas prête, au départ, à dénoncer son compagnon. “Les policiers me disent ‘il faut porter plainte, parce qu’après, c’est le féminicide’. Moi, je ne pouvais pas me dire que j’allais porter plainte contre le père de ma fille. J’étais sidérée. Il faut un déclic”, a-t-elle expliqué.

Mais la situation s’est empirée au point où l’actrice n’avait visiblement plus le choix. Elle a eu son déclic et a fini par porter plainte. Aujourd’hui, elle exhorte les femmes, accablées par les violences conjugales, à porter plainte et de ne pas renoncer à mener leur lutte jusqu’au bout.

 “Mesdames, ne retirez jamais une plainte que vous avez déposée”, lance l’actrice Judith Chemla. “Le combat, c’est porter plainte, se battre pour ses enfants”.

Similaires