L’ancien PDG du constructeur automobile aurait investi des millions d’euros dans cette entreprise : la justice japonaise considérerait ces nouvelles accusations comme parmi les plus graves visant Carlos Ghosn.


Carlos Ghosn va devoir se défendre face à de nouvelles révélations le concernant. Le Wall Street Journal publie une longue enquête concernant des investissements secrets de l’ancien PDG de Nissan et Renault. Des investissements qui auraient été financés grâce à de l’argent de Nissan détourné. Cet argent aurait servi à remplir les caisses de Shogun Investments, un fonds créé en 2015 aux Etats-Unis et contrôlé par Carlos Ghosn et son fils, Anthony, dont le but était d’investir dans les start-ups de la Silicon Valley.

Au total, 27,2 millions de dollars auraient atterri dans les comptes de ce fonds entre 2015 et 2018 en provenance de Good Faith Investment (“Bonne foi”, en français), une entreprise fondée à Beyrouth par Fadi Gebran, l’avocat personnel de Carlos Ghosn, décédé en 2017. Il s’agissait de l’unique source d’apprivoisement de ce fonds, selon des sources proches du dossier.

Lire aussi: Deuil : le budget pour l’organisation des obsèques de DJ Arafat

Argent pioché dans la caisse de Nissan

Les enquêteurs s’intéressant à la provenance de l’argent : la seule source de financement de Good Faith était Divyendu Kumar, directeur général de Suhail Bahwan Automobiles, le distributeur de Nissan à Oman. Il aurait versé 44 millions de dollars à Good Faith et une partie de cet argent pourrait avoir été détournée de chez Nissan. Suhail Bahwan Automobiles aurait reçu plusieurs versements de 10 millions de dollars de la part de Nissan pour des supposées primes. Ces versements non prévus provenaient directement de la “réserve CEO” du constructeur nippon et auraient été effectués régulièrement entre 2012 et 2018.

Renault (qui a refusé de commenter ces informations) aurait également versé 11 millions de dollars au total à Suhail Bahwan Automobiles, qui aurait reçu en tout 43 millions de dollars de la part des constructeurs automobiles dirigés par Carlos Ghosn. Pour les enquêteurs, l’homme d’affaires aurait prétexté ces versements pour piocher directement dans la caisse de Nissan (la piste concernant Renault doit être approfondie), verser cet argent à Suhail Bahwan Automobiles, pour ensuite le récupérer via Shogun Investments, son fonds d’investissement.

Lire aussi: Piloter son business et planifier son avenir : l’histoire de Mamadou

L’entourage de Carlos Ghosn dément

Des allégations démenties par l’entourage de Ghosn et celui de Divyendu Kumar, qui assure que c’est l’argent personnel de ce dernier qui est concerné. Au total, Shogun Investments aurait investi 19 millions de dollars entre 2015 et début 2019 dans plusieurs dizaines de start-ups. La famille Ghosn n’aurait pas touché d’argent dans ces opérations et Divyendu Kumar n’aurait pas été payé pour avoir effectué les virements suspects. Mais Shogun Investments aurait prêté 5,2 millions de dollars à Anthony Ghosn pour le lancement de sa start-up.

Les enquêteurs travaillent toujours sur ce volet complexe de l’affaire Carlos Ghosn. Alors qu’aucune date n’est encore arrêtée concernant le procès du l’ancien PDG de Renault et Nissan, certains proches de l’enquête estiment qu’il pourrait s’agir de l’un des volets plus explosifs de ce dossier.

Source : capital.fr