>

Les athées ont tendance à mieux dormir la nuit que les catholiques, selon une étude

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Une étude intitulée “Sleep, Religious Affiliation and Perceptions of the Afterlife” (sommeil, appartenance religieuse et perception de l’au-delà) a révélé que les athées sont beaucoup plus susceptibles de mieux dormir et d’apprécier leur sommeil que les catholiques et les baptistes.

Selon l’équipe de recherche de l’université Baylor au Texas (États-Unis), l’Église a fait de grands progrès pour parler de la santé mentale, mais a largement ignoré les troubles du sommeil.

« La santé mentale est de plus en plus discutée dans les milieux ecclésiastiques, comme il se doit, mais la santé du sommeil n’est pas abordée », a déclaré Kyla Ferguson, l’auteur principal de la recherche.

Les résultats des 1 501 participants à l’enquête Baylor sur la religion indiquent que 73 % des athées ont déclaré avoir les sept heures de sommeil nocturne recommandées, voire plus, tandis que 63 % des catholiques et 55 % des baptistes ont déclaré dormir au moins sept heures par nuit.

En outre, les athées ont déclaré avoir du mal à s’endormir.

Selon M. Ferguson, en ignorant la santé du sommeil, l’Église sabote involontairement tout progrès réalisé vers le bien-être mental, car les troubles du sommeil compromettent les principes fondamentaux de la religion.

De plus, ces principes n’apportent pas le bon sommeil, mais sont soutenus par lui.

« Pourtant, nous savons que la perte de sommeil sape de nombreuses capacités humaines considérées comme des valeurs fondamentales de l’église : être un membre positif d’une communauté sociale, exprimer l’amour et la compassion plutôt que la colère ou le jugement, et faire preuve d’intégrité dans le raisonnement et le comportement moral », a-t-elle déclaré.

En fait, le sommeil pourrait être un facteur déterminant de la profondeur de la foi et de la capacité à cultiver un bien-être général chez les croyants du grand public.

« Un meilleur sommeil pourrait-il aider certaines personnes à grandir dans leur foi ou à devenir de meilleurs chrétiens ? Nous ne connaissons pas encore la réponse à cette question, mais nous savons que la santé mentale, physique et cognitive est étroitement liée à la santé du sommeil dans la population générale », a-t-elle ajouté.

Un bon sommeil et des perceptions de l’au-delà

Dans l’enquête, les questions portaient sur l’appartenance religieuse, les perceptions et le comportement. Parallèlement à ces questions, les participants ont évalué la durée totale moyenne du sommeil et le niveau de difficulté à s’endormir.

Les résultats ont indiqué que ceux qui dormaient pendant les heures recommandées étaient plus enclins à croire qu’ils allaient au paradis, bien que cette perception ne se reflète pas sur leur difficulté à s’endormir.

Les chercheurs ont conclu qu’un meilleur sommeil favorise une attitude optimiste face à la vie, ce qui se traduit par des attentes positives pour l’au-delà.