Les autorités saoudiennes auraient fait crucifier un homme à La Mecque

L’Arabie saoudite vient de mettre à mort mercredi un homme reconnu coupable de meurtre, vol et tentative de viol, relatent les médias occidentaux se référant à l’agence de presse officielle saoudienne.

Des pèlerins à La Mecque

Selon Business Insider, le criminel a été condamné à la crucifixion, peine rarement appliquée dans le royaume. Par le passé, ce châtiment aurait été réservé à ceux qui avaient participé à des rassemblements antigouvernementaux ou étaient accusés d’être homosexuels.

Contrairement à la crucifixion biblique, il s’agit de l’exposition du corps décapité du condamné sur une croix. L’exécution intervient sur fond de la crise diplomatique entre Riyad et Ottawa déclenchée par les critiques du ministère canadien des Affaires étrangères qui avait demandé la libération des militantes des droits de l’Homme détenues dans le royaume. Cela a été perçu par l’Arabie comme l’ingérence dans ses affaires intérieures.

En réaction, l’Arabie saoudite avait expulsé l’ambassadeur canadien en poste à Riyad et rapatrié près de 15.000 étudiants. Riyad avait en outre décrété le gel de toute nouvelle relation commerciale entre les deux pays.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a quant à lui refusé de présenter des excuses au royaume.

Avec Sputnik

Plus d'articles
Togo : la gestion de la transhumance au cœur du 12e Forum National du Paysan Togolais