in ,

Les confidences de Barack Obama sur Drake

Le mari de Michelle Obama est un homme très occupé.

Il multiplie les entretiens afin de promouvoir la sortie en librairies de ses mémoires, intitulés « Une terre promise », et ne manque aucune occasion d’ouvrir des parenthèses pour discuter de sa passion pour le hip-hop. Le magazine américain spécialisé Complex a profité de cette occasion pour convier le 44e président des États-Unis à une longue discussion avec l’animateur Speedy Morman, dans la vaste salle vide d’un authentique diner américain.

Après plusieurs questions portant sur l’élection présidentielle récente, sur l’épidémie de coronavirus et sur son point de vue en ce qui concerne l’influence du hip-hop sur le soutien de Trump chez les citoyens afro-américains, Barack Obama a été invité à s’exprimer à propos de Drake. Speedy Morman a rappelé que le rappeur de Toronto avait, dès 2012, annoncé qu’il souhaiterait « faire quelque chose de grand pour sa communauté » en incarnant le rôle de Barack Obama sur grand écran.

L’ancien occupant du Bureau ovale a déjà échangé avec l’artiste à plusieurs reprises, notamment aux abords des terrains de NBA. Sourire aux lèvres, il a répondu : « Je dirais ceci : Drake semble être capable de faire tout ce qu’il veut. C’est un frère talentueux [sic]. Si le moment vient et qu’il est prêt, Drake a la validation de toute ma famille. Je pense que Malia et Sasha [ses filles, ndlr] n’en seraient pas mécontentes. »

À ce jour, aucun projet de biopic retraçant la vie du premier président noir des États-Unis d’Amérique n’est connu. Peut-être que ce commentaire inattendu accélérera les choses.

En fin d’entretien, Barack Obama a aussi tenu à préciser le sens des propos qu’il a tenus lors d’une interview accordée au journal The Atlantic. « Le rap d’aujourd’hui est une question de bling, de femmes et d’argent. Beaucoup de clips mettent en avant les mêmes critères de succès que Donald Trump. Tout est plaqué or : cela s’insinue et s’infiltre dans la culture », avait-il développé.

Il a précisé à Complex qu’il ne parlait pas nécessairement de l’ensemble du hip-hop, mais d’une grande partie du genre. L’ancien président a malgré tout réaffirmé son amour du style et déclaré que cette musique incarnait à ses yeux « un commentaire social ».

Avec Konbini




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

États-Unis : un homme réanimé après un arrêt cardiaque de 45 min

«Sauvés par le gong» : le retour de la série culte