in

Les fautes d’orthographe, ennemies de notre évolution professionnelle

Une jeune femme demandait récemment à un chef d’entreprise, considéré comme un modèle de réussite par beaucoup de jeunes africains, ce qui, pour lui, faisait la différence quand il recevait plusieurs CV de candidats pour un emploi. Celui-ci a répondu que son premier critère de sélection est de « regarder s’il y a des fautes d’orthographe ».

Vous vous attendiez à ce qu’il parle des compétences, de l’école ou de l’université fréquentée, des distinctions reçues ? Mais, non. Comme lui, c’est, en effet, le premier critère de sélection pour de nombreuses entreprises : « vérifier s’il y a des fautes d’orthographe ».

Lire la suite ici.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

PSG : un accord trouvé avec Cavani et Thiago Silva

Real Madrid : Benzema et « sa volée digne d’un jeu vidéo »